/news/politics

Pierre Fitzgibbon: des succès et des échecs

Certains investissements dirigés par le ministre sont prometteurs tandis que d’autres sont douteux

Coup d'oeil sur cet article

Ministre hyperactif, Pierre Fitzgibbon ne laisse personne indifférent. Il connaît à fond ses dossiers, mais sa proximité avec les gens d’affaires irrite bien des Québécois. Nous nous risquons à vous présenter ce que nous voyons comme ses bons et ses moins bons coups. 

• À lire aussi: Faut-il craindre le superministre Fitzgibbon?

• À lire aussi: Pierre Fitzgibbon: attaques frontales contre les médias

• À lire aussi: Pierre Fitzgibbon: un ministre à l’éthique élastique

Ses bons coups 

PROMETTEUSE FILIÈRE BATTERIE

Avec son homologue fédéral, François-Philippe Champagne, Pierre Fitzgibbon a multiplié les démarches pour attirer au Québec des investissements dans le secteur des véhicules électriques, qui sera crucial dans l’économie de demain. Malgré la vive concurrence internationale dans ce créneau, il a contribué à faire en sorte que General Motors, BASF et Sayona, entre autres, décident de s’installer au Québec. Ford pourrait suivre cette année. 


UNE USINE CONVOITÉE

Le ministre Fitzgibbon avait des raisons de se réjouir le 29 avril 2022, lors de l’annonce de l’implantation d’une usine de Moderna à Montréal.
Photo d'archives, Chantal Poirier
Le ministre Fitzgibbon avait des raisons de se réjouir le 29 avril 2022, lors de l’annonce de l’implantation d’une usine de Moderna à Montréal.

Après une lutte intense avec l’Ontario, Québec a convaincu la pharmaceutique américaine Moderna d’installer à Laval son usine canadienne de vaccins. Cet investissement de 180 millions $, pour lequel le gouvernement a consenti des aides financières de 25 millions $, permettra de créer 75 emplois et de renforcer le secteur québécois des sciences de la vie, qui connaît des difficultés depuis plusieurs années. 


UNE AIDE BIENVENUE

La pandémie de COVID-19, en 2020, a pris de court le ministre Fitzgibbon, qui a soudainement vu ses dossiers passer à l’arrière-plan. Le milieu des affaires a toutefois apprécié, de façon générale, ses interventions pour aider les entreprises à tenir le coup pendant cette crise. La principale mesure du ministère de l’Économie, le programme PACTE, a attribué pour plus de 1,2 milliard $ en prêts et en garanties de prêt à 1479 entreprises sur environ 18 mois. 


NON AUX CRYPTOS

Deux semaines après l’ajout du ministère de l’Énergie à ses responsabilités, Pierre Fitzgibbon a annoncé sur Twitter que le gouvernement souhaitait éliminer le bloc de 270 mégawatts d’électricité réservé aux projets de chaînes de blocs (cryptomonnaies). Ce faisant, le ministre envoyait un message très clair à ce secteur très friand de l’énergie propre et abordable du Québec, mais très peu créateur d’emplois. 

  • Écoutez la chronique économique avec Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, entre autres, au sujet de Fitzgibbon sur QUB radio :

Ses moins bons coups 

PRÊTS PARDONNABLES CONTROVERSÉS

À son arrivée en poste, Pierre Fitzgibbon a fait de cet outil né aux États-Unis sa façon préférée d’aider les entreprises. Une portion de ces prêts n’a pas à être remboursée si son bénéficiaire respecte certaines conditions. Deux projets financés par de tels prêts n’ont pas vu le jour (MDA et Mitsubishi), tandis que d’autres ont suscité la controverse (Sonder et Alstom). Il est encore trop tôt pour faire le bilan des autres. 


PROTECTION MITIGÉE DES SIÈGES SOCIAUX

À son arrivée au pouvoir, en 2018, la CAQ a promis de mieux protéger les sièges sociaux. Quatre ans plus tard, il est loin d’être clair que l’objectif a été atteint. Pierre Fitzgibbon a mis en place un fonds à cet effet, mais jusqu’ici, les investissements de ce dernier semblent mal ciblés : Lightspeed, LMPG, Coveo et Olymel. Et selon une compilation réalisée l’an dernier par Le Journal, le nombre d’entreprises québécoises vendues à des intérêts étrangers ne cesse d’augmenter. 


PROJET GONFLÉ DE FONDS PUBLICS

Capture écran Twitter

En 2019, Pierre Fitzgibbon a médusé bien des Québécois en annonçant un investissement de 30 millions $ dans Flying Whales, un projet français de dirigeables. L’année suivante, Ottawa a mis des bâtons dans les roues de Flying Whales en raison de la présence de la firme aéronautique chinoise AVIC. Après le retrait de cette dernière, M. Fitzgibbon a décidé, l’an dernier, de réinvestir 53,5 millions $ dans le projet pour un total de 75,5 millions $ jusqu’ici. 


10 ENTREPRISES SECRÈTES

Pierre Fitzgibbon ne cache pas sa propension à s’intéresser de près aux dossiers de son ministère. En 2021, la vérificatrice générale lui a reproché de s’être servi de son pouvoir discrétionnaire pour permettre à au moins 10 entreprises de recevoir une aide du programme PACTE, pour une somme totale de 68 millions $, et ce, même si elles ne respectaient pas tous les critères. À ce jour, le ministre refuse toujours d’identifier quelles sont ces 10 entreprises.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.