/world/usa

À 17 ans, il traverse le continent américain à vélo

Coup d'oeil sur cet article

Sa mère était contre, son père n’était pas au courant, mais un adolescent californien a tout de même décidé de traverser, seul, le continent américain depuis l’Alaska jusque l’Argentine à vélo. 

Liam Garner est un cycliste chevronné et n’en est pas à son premier périple du genre, puisqu’il avait déjà relié Los Angeles à San Francisco sur son compagnon à deux roues.

Après avoir lu un livre de l’aventurier Jedidiag Jenkins, qui avait relié l’Oregon à l’Argentine en vélo, Garner a décidé qu’il ferait de même, mais de Prudhoe Bay, en Alaska, le point le plus au nord des États-Unis accessible par la route, à Ushuaia, en Argentine, le point le plus au sud de l’Amérique du Sud.

«J’ai passé le mois entier après mon diplôme à rassembler l’équipement et puis je suis parti» a expliqué Garner à CNN Travel. «C’était très rapide, et pas vraiment planifié au début».

Garner avait 17 ans lorsqu’il a équipé son vélo de montagne d’une tente, un sac de couchage, de la nourriture et de l’eau pour environ une journée, des batteries portables, une trousse de secours et des pièces de rechange pour son vélo.

Il a commencé son périple sur l’autoroute transaméricaine, un réseau de routes qui traverse les États-Unis, le 1er août 2021, et a décidé de documenter son voyage sur TikTok.

«Il y a une route officielle, et des routes non-officielles, a-t-il expliqué. J’ai créé la mienne au fur et à mesure. Tant que j’allais vers le sud, je savais que j’étais dans la bonne direction.»

Le jeune homme a admis que ses parents, divorcés, n’étaient pas très enjoués. Sa mère ne l’a d'abord pas cru, et il ne l’a pas dit à son père avant d'être sur le départ.

«Il m’a appelé quand j’étais en Alaska, et je lui ai dit où j’étais», a-t-il confié, ajoutant que son père et sa mère sont maintenant ses deux plus grands fans et qu’ils suivent de près ses péripéties.

«Il n’y a rien de mieux qu’être autosuffisant et de savoir que tu es allé quelque part sur tes deux pieds. J’ai l’impression que parfois, quand tu conduis ou que tu prends l’avion, c’est comme si tu te téléportais. Tu n’étais pas dehors. Tu ne sentais pas les choses. Tu ne touchais pas les choses», a-t-il continué.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.