/world/africa
Publicité

Violents combats entre l'armée et des paramilitaires au Soudan



L'armée soudanaise a envoyé samedi son aviation contre les paramilitaires qui disent avoir pris le contrôle de l'aéroport et du palais présidentiel de Khartoum dans l'épisode le plus violent de la rivalité entre les deux généraux aux commandes depuis le coup d’État. 

Les Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo, dit «Hemedti», assurent tenir l'aéroport international et le palais présidentiel et appellent l'ensemble de la population, parmi lesquelles les soldats, à se retourner contre l'armée.

En face, l'armée, dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane, dirigeant de facto du Soudan depuis son coup d'État du 25 octobre 2021, a dit que son aviation menait des «opérations» contre l'«ennemi».

À Khartoum, des journalistes de l'AFP ont entendu des survols au-dessus de bases des FSR alors que l'armée postait, sur son compte Facebook, la photo de l'une d'elles en feu dans le sud de Khartoum.

Les deux camps s'affrontent également aux abords du siège des médias d'État, rapportent des témoins à l'AFP.

Le conflit entre militaires et paramilitaires, latent depuis des semaines, a désormais pris un ton guerrier: l'armée dit «affronter l'ennemi» et parle de «milices» qu'elle accuse de «mensonges» et de «trahison».

Lors du coup d’État, Hemedti et Burhane avaient fait front commun pour évincer les civils du pouvoir. Mais au fil du temps, Hemedti — dont de nombreux hommes sont des ex-miliciens formés au combat dans la région du Darfour (ouest)— n'a cessé de dénoncer le coup d'État.

AFP

Récemment même, il s'est rangé du côté des civils — donc contre l'armée dans les négociations politiques— bloquant les discussions et donc toute solution de sortie de crise au Soudan.

Depuis des jours, la rue bruissait de rumeurs sur une guérilla imminente entre les deux camps. Samedi matin, Khartoum s'est réveillée au son des tirs à l'arme lourde et légère et des explosions quasi ininterrompues.

En quelques heures, les FSR ont annoncé avoir pris l'aéroport international de Khartoum, en plein cœur de la capitale, puis le palais présidentiel où siège habituellement le général Burhane, ainsi que le palais réservé aux hôtes de l'État, un aéroport du nord du pays et «d'autres bases dans différentes provinces».

L'armée dément la prise de l'aéroport, mais assure que les FSR s'y sont «infiltrées et ont incendié des avions civils, dont un de la Saudi Airlines». Elle assure en outre avoir toujours le contrôle du QG de son état-major.

AFP

De leur côté, les FSR appellent la population à «se rallier à elles» et affirment aux militaires qu'elles ne «les visent pas eux, mais leur état-major qui les utilise pour rester sur son trône, quitte à mettre la stabilité du pays en péril».

Les habitants, eux, sont cloîtrés chez eux. «Comme tous les Soudanais, je reste à l'abri», a tweeté l'ambassadeur américain John Godfrey. «L'escalade des tensions entre militaires jusqu'à l'affrontement direct est extrêmement dangereuse. J'appelle les hauts commandants militaires à cesser immédiatement de se battre», a-t-il encore écrit.

Chancelleries et forces politiques affirment s'activer à des médiations depuis plusieurs jours, jusqu'ici sans succès.

L'armée accuse les FSR d'avoir déclenché les hostilités: «les combats» ont commencé quand les FSR ont attaqué des bases de l'armée «à Khartoum et ailleurs au Soudan», a affirmé à l'AFP le porte-parole de l'armée, le général Nabil Abdallah. L'armée, elle, «accomplit son devoir pour protéger la patrie», a-t-il ajouté.

AFP

Les FSR disent elles avoir été «surprises au matin par l'arrivée d'un important contingent de l'armée qui a assiégé leur camp de Soba», dans le sud de Khartoum, et les a «attaquées avec toutes sortes d'armes lourdes et légères».

Jeudi, l'armée dénonçait déjà un déploiement «dangereux» des paramilitaires à Khartoum et dans d'autres villes sans «la moindre coordination avec le commandement des forces armées».

Car depuis des jours, alors que les civils et la communauté internationale devaient accepter un nouveau report de la signature d'un accord politique censé sortir le pays de l'impasse — à cause des divergences entre les deux généraux—, des vidéos montraient l'arrivée de très nombreux blindés et d'hommes dans différentes villes, dont Khartoum.

AFP

Les divergences entre les deux hommes forts portent essentiellement sur l'avenir des paramilitaires: le retour à la transition démocratique est suspendu à leur intégration au sein des troupes régulières.

Si l'armée ne la refuse pas, elle veut malgré tout imposer ses conditions d'admission et limiter dans le temps leur incorporation. Le général Daglo, lui, réclame une inclusion large et, surtout, sa place au sein de l'état-major.

Le retour à la transition est exigé par la communauté internationale pour reprendre son aide au Soudan, l'un des pays les plus pauvres au monde.







Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.