/news/politics
Publicité

Violence à Montréal: «on va avoir un été chaud», admet Alain Vaillancourt



L’administration Plante reconnaît que la période estivale ne sera pas de tout repos pour les policiers montréalais qui sont déjà en sous-effectifs, mais compte sur le chef de police Fady Dagher pour y faire face.

• À lire aussi: Confusion des heures de parcomètre: Montréal accordera un sursis de deux semaines

• À lire aussi: 10 ans d’enquêtes: nous surveillons de près le secteur immobilier

«Oui on va avoir un été chaud, tout le monde le reconnaît, mais ça fait des mois qu’on y travaille», a affirmé mardi Alain Vaillancourt, responsable de la sécurité publique au comité exécutif de la Ville.

Il était alors interrogé au conseil municipal par Abdelhaq Sari, élu de l’opposition officielle. Ce dernier déplorait le manque de préparation pour l’été.

Joël Lemay / Agence QMI

«Si on a un plan estival avec des effectifs, avec des patrouilles présentes sur le terrain, ça pourrait rassurer la population», a soutenu l’élu d’Ensemble Montréal.

Depuis le 1er mars, pas moins de 21 événements de violence par arme à feu sont survenus sur l’île de Montréal, selon un décompte réalisé par l’Agence QMI. De ce nombre, on rapporte un meurtre et huit tentatives de meurtre. La plupart des victimes de cette violence armée sont de très jeunes adultes.

  •  Écoutez Christian Bourque, vice-président exécutif pour la firme Léger en entrevue au micro de Benoit Dutrizac, disponible en balado via QUB radio : 

Des conflits entre cliques de gangs de rues montréalaises expliqueraient en partie cette flambée de violence armée des dernières semaines.

M. Vaillancourt a toutefois assuré que le nouveau chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) travaille depuis plusieurs mois sur le sujet.

«On reconnaît que la violence et que la sécurité des Montréalais ça n’est pas qu’au mois de juillet qu’il faut s’en occuper, ou au mois de juin ou au mois de mai. On le fait tous les mois de l’année», a avancé le responsable de la sécurité publique.

«Tout est mis en place pour la sécurité des gens. C’est le temps d’avoir confiance au SPVM et au travail de Fady Dagher», a-t-il ajouté.

Pour faire face au manque d’effectif policier, la Ville de Montréal a déjà réclamé à Québec une cohorte dédiée à la métropole. Le SPVM a également élargi son bassin de candidats pour le recrutement en autorisant des candidats du domaine social.

- Avec Maxime Deland, Agence QMI







Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.