/lifestyle/techno
Navigation

Assistants vocaux : La parole est aux femmes

Assistants vocaux : La parole est aux femmes

Coup d'oeil sur cet article

En association avec  



En 2014, le film Her reçoit l’Oscar du meilleur scénario original : Theodore tombe amoureux de Samantha, une intelligence artificielle féminine à la voix séduisante...
Dans la réalité, si on pense à Alexa, à Siri ou à Cortana, ces assistants vocaux sont généralement dotés d’une tonalité féminine, en plus d’avoir des prénoms féminins qui se prononcent et s’entendent bien dans la plupart des pays.

Avant de mieux connaître les assistants vocaux, petit récapitulatif : chaque assistant abrite un moteur de reconnaissance vocale et un module de synthèse de la parole. En gros, l’appareil détecte et interprète nos commandes vocales, pour ensuite y répondre, avec une voix de synthèse.
  

Quel prénom choisir ?   

Le choix du nom, souvent symbolique, est une décision d’entreprise. Alexa évoque la bibliothèque d’Alexandrie. Cortana est un personnage féminin du jeu vidéo Halo. En norvégien, Siri signifie « belle femme qui vous conduit à la victoire » (rien de moins !). L’Assistant Google n’a pas de petit nom, mais sa voix est, par défaut, féminine.       

  

Pourquoi une voix de femme?   

Techniquement parlant, ça s’explique, et c’est simple. À une certaine époque, la technologie vocale était plus performante avec des tonalités féminines : les premiers systèmes de synthèse vocale (TTS) possédaient une sorte d’écho, et leur fréquence était davantage limitée. Donc, les voix artificielles plus aiguës étaient plus faciles à comprendre.        

En 2013, Apple a ajouté la voix masculine dans quatre langues, dont le français. Google a emboîté le pas en 2017. Le concept progresse, mais n’est pas encore généralisé.      

  

Et la parité dans tout ça?   

Signe que la chose est prise au sérieux, une équipe de l’UNESCO s’est penchée, l’an dernier, sur le sujet de la tonalité féminine des assistants vocaux. On se demande si la prolifération des appareils pourrait renforcer certains préjugés sexistes, associant les femmes à des rôles d’assistantes.    

Amazon et Apple justifient leur choix en citant des travaux montrant une préférence du public pour les voix féminines, les trouvant tout simplement plus sympathiques. Est-ce à dire que les femmes sont plus serviables ?      

La question mérite d’être posée. Plusieurs entreprises associent les voix féminines aux secteurs des services, tandis que les voix masculines, par exemple dans le domaine bancaire, représenteraient l’autorité.   

Assistants vocaux : La parole est aux femmes
Aaron Amat - stock.adobe.com


Les GPS parmi les plus populaires ont souvent une voix féminine par défaut. Mais rappelez-vous qu’à la fin des années 1990, BMW avait remplacé le GPS dans l’un de ses modèles après des plaintes de conducteurs qui n’acceptaient pas de recevoir des ordres d’une femme...       

Certains en viennent aussi à suggérer que les assistants vocaux, étant des outils de socialisation, pourraient contribuer à inculquer, entre autres aux enfants, la notion voulant que le rôle des femmes consiste à répondre aux demandes.       

Dans cette réflexion sur la tonalité des assistants vocaux, on note la création de voix neutres, comme celle appelée Q. Bien que Q ne soit pas une intelligence artificielle, l’initiative souhaite se faire entendre chez les principaux joueurs de l’industrie. Comme dans l’ensemble de la galaxie des assistants vocaux et de leur évolution, les prochaines années s’annoncent aussi palpitantes !