/finance
Navigation

Abolition de 350 emplois au Québec à la Banque Laurentienne

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La Banque Laurentienne éliminera 350 emplois dans son secteur du service aux particuliers au Québec, soit 10 % de son effectif, d'ici un an.

Ces abolitions, annoncées mercredi lors de la présentation des résultats du premier trimestre, se feront par attrition, par des départs anticipés à la retraite et par des licenciements.

«Nous prévoyons que ces mesures permettront de générer des économies de coûts sur une base continue pour améliorer notre efficacité», a affirmé l’institution québécoise par communiqué.

Cette mesure s’inscrit dans le plan de la banque de délaisser le service au comptoir pour les clients particuliers pour se concentrer sur les entreprises et les activités en ligne.

«Dans le cadre de notre initiative stratégique visant à optimiser et à simplifier les activités des Services aux particuliers, à la fin de février, nous réitérons notre intention de faire passer toutes les succursales restantes au modèle offrant uniquement des conseils d’ici la fin de l’année, a ajouté l’entreprise. En outre, nous sommes en voie de rationaliser certaines fonctions administratives, liées principalement au soutien aux Services aux particuliers.»

Déplorable selon le syndicat

Cette décision a été qualifiée d’«insensée» par le syndicat de la Banque Laurentienne.

«Nous l'apprenons en même temps que tout le monde, nous n'avons eu aucun préavis, a affirmé Julie Tancrède, présidente du syndicat par communiqué. C'est une façon de faire qui est déplorable. Pendant que la direction de la Banque Laurentienne avance des chiffres, ce sont des travailleuses et travailleurs et des familles qui sont directement affectés par cette décision.»

Environ 1000 emplois ont été supprimés au sein de la banque au cours des dernières années, selon le syndicat.

Sans contrat de travail depuis décembre 2017, les syndiqués de la Banque Laurentienne doivent recevoir des offres finales de la direction ce vendredi.

En cas d’impasse, le syndicat craint un lock-out de la part de l’employeur.

Près de 32 % des employés de la Banque Laurentienne sont syndiqués.

Les employés syndiqués travaillent dans les succursales ou au siège social à Montréal.

Profits en baisse

La Banque Laurentienne a vu ses profits fondre de 33 % au premier trimestre de 2019 par rapport à celui de l’an dernier. Son résultat net s’est établi à 40,3 millions $ contre 59,7 millions $, il y a un an.

«Notre performance de ce trimestre a été affectée par les revenus en baisse des marchés des capitaux, néanmoins la direction demeure engagée à rencontrer ses objectifs à moyen terme, et ultimement, à créer de la valeur à long terme pour ses actionnaires», a mentionné François Desjardins, président et chef de la direction, par communiqué.

Il s’est montré optimiste pour la suite afin de positionner avantageusement sa banque dans le créneau du service aux entreprises.

«Banque Laurentienne Groupe Financier n’a jamais été dans une meilleure situation financière, en termes de solidité du capital et des liquidités; nous continuons à maintenir nos provisions pour pertes sur créances sous la moyenne de l’industrie, ce qui témoigne de la qualité de notre gestion des risques de souscription et de crédit; et même s’il reste du travail à accomplir, nous n'avons jamais été aussi solides en termes de processus et de technologie», a-t-il souligné.