/entertainment/shows
Navigation

«Beautiful Trauma»: de toutes les couleurs avec P!nk

«Beautiful Trauma»: de toutes les couleurs avec P!nk
MARTIN CHEVALIER / LE JOURNAL DE MONTRÉAL

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Qu’on ne s’inquiète point, P!nk s’est bien remise de sa grippe d’il y a un an et s’est largement fait pardonner son rendez-vous manqué avec Montréal, vendredi.

En ville le temps de deux représentations de sa tournée «Beautiful Trauma», la chanteuse américaine a fait voir la vie en rose (et en bleu, en vert, en mauve...) à un Centre Bell rempli et transi d’admiration.

«Beautiful Trauma»: de toutes les couleurs avec P!nk
Martin Chevalier / JdeM

 

P!nk devait d’abord offrir son spectacle «Beautiful Trauma» chez nous le 23 mars 2018, mais un vilain virus l’avait contrainte de reporter son tête-à-tête avec les gens d’ici.

L’attente d’un an fut sûrement longue pour ses admirateurs – dont l’âge varie de 7 à 77 ans, comme on a pu le constater vendredi – mais ceux-ci n’ont rien perdu pour attendre.

Dès le début du concert, P!nk, aussi généreuse, sympathique et accessible que flexible, en voix et énergique, a prouvé qu’elle est unique son genre.

Chandelier

L’originalité et le souci esthétique se sont fait sentir dès le départ. Un maître de cérémonie a soufflé quelques notes d’une flûte à bec – au son bien sûr amplifié dans l’amphithéâtre –, un vrombissement a traversé les lieux, le rideau (rose, bien sûr) s’est écarté et l’idole est apparue, suspendue à un énorme chandelier qui descendait du haut des airs.

Une entrée sur Get The Party Started, l’une de ses premières cartes de visite datant de l’album Missundaztood (2001) à la hauteur du cran de P!nk, qui n’a jamais eu froid aux yeux, ni peur d’en mettre plein la vue.

«Beautiful Trauma»: de toutes les couleurs avec P!nk
Martin Chevalier / JdeM

 

Sous elle, ses danseurs poussaient des chariots, déplaçaient de faux lampadaires et se tortillaient dans leurs maillots (roses), dans un décor qui suggérait le hall d’un château ou d’un hôtel prestigieux, les musiciens et leurs instruments identifiés au lettrage de P!nk derrière.

Dommage que de fréquentes défaillances sonores aient parsemé cette très réussie vignette d’ouverture, qui a culminé dans une petite explosion de feux d’artifice, laquelle n’avait toutefois rien de criard.

«Beautiful Trauma»: de toutes les couleurs avec P!nk
Martin Chevalier / JdeM

 

Quant à l’assistance, elle était presque silencieuse, comme hypnotisée par les prouesses de sa déesse à la courte chevelure blonde. Celle-ci a culbuté tout au long du numéro, remontant et descendant au bout de son élastique, se mouvant telle une gazelle et paraissant quasi minuscule dans cette mise en scène qui en offrait presque trop à voir.

Elle a ensuite joué à cache-cache sur un fauteuil dans les éclairages (roses) de Beautiful Trauma et a adressé un chaleureux mot de bienvenue à la foule après Just Like a Pill.

«Beautiful Trauma»: de toutes les couleurs avec P!nk
Martin Chevalier / JdeM

 

Dans une longue robe noire bardée de mauve, elle s’est promenée dans les escaliers déroulés aux deux extrémités de sa scène, a envoyé des salutations à la foule et arpenté la passerelle en demi-lune qui fendait le parterre pour aller serrer quelques mains tendues.

Que des «hits»

P!nk a eu le temps de lancer un autre album, Hurts 2B Human, en avril, avant ses retrouvailles avec le Québec, mais c’est surtout à l’entièreté de son catalogue de «hits» que la dame de bientôt 40 ans a fait honneur, vendredi.

Au moment d’écrire ces lignes devaient encore venir des bombes comme Just Give Me a Reason, Just Like Fire, What About Us, Perfect, Raise Your Glass, Blow Me One Last Kiss, What About Us et So What, qui ont toutes consacré P!nk, de surcroît féministe assumée, comme icône d’une pop brillante, engagée et rassembleuse.

Et que dire des différents décors et de la scénographie. Les tableaux, confectionnés par le studio montréalais Silent Partners, se déployaient comme autant de petits films ultra léchés, avec leurs particularités distinctes: un massif personnage en trois dimensions sur Revenge, un défilé de hamburgers animés sur Funhouse, une sombre forêt sur Try, etc. P!nk tient visiblement à proposer une expérience à ses spectateurs et non pas à mettre sa seule personne en valeur, et sa prestation n’en est que meilleure.

P!nk se produit à nouveau à Montréal ce samedi.