/news/politics
Navigation

Ottawa fait pleuvoir une foule de petits cadeaux

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a déposé un budget sans éclat ni surprise mardi

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA  |  Le gouvernement Trudeau fait fi de sa promesse d’équilibrer son budget pour donner une foule de petits cadeaux à tout le monde en cette année électorale, au prix d’un important déficit de 20 milliards $.

Le plan fiscal libéral déposé mardi ne comprend aucun plan de retour à l’équilibre budgétaire. Un équilibre que Justin Trudeau avait pourtant promis de rétablir en 2019.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, se défend de briser sa promesse en gardant grandes ouvertes les valves des dépenses à sept mois des élections.

« Notre approche fonctionne, insiste M. Morneau. Nous avons décidé depuis le début de faire des investissements dans la classe moyenne. 

De cette façon, nous savons que nous pouvons améliorer [sa] situation maintenant et à l’avenir. »

La bonne tenue de l’économie canadienne a donné au gouvernement Trudeau une marge de manœuvre supplémentaire de plus de 5 G$. Des sommes qu’il a choisi de dépenser illico, au lieu de s’attaquer au déficit.

Saupoudrage de cadeaux

Pour l’ex-directeur parlementaire du budget, Kevin Page, le budget libéral est le signe que « ce gouvernement est visiblement à l’aise avec des déficits à long terme ».

M. Morneau a profité de son exercice budgétaire pour saupoudrer des bonbons électoraux à un peu tout le monde.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Un saupoudrage de mesures plutôt modestes qui ne risque pas de permettre aux libéraux de faire oublier l’affaire SNC-Lavalin, croit M. Page, l’ex-chien de garde des contribuables canadiens.

« Ce n’est pas un budget qui va susciter un grand enthousiasme, croit-il. On parle d’une centaine de petites initiatives, sans proposition audacieuse. »

Pas trop de détails

Le premier ministre Justin Trudeau et son entourage font face à une crise sans précédent depuis plus d’un mois, faisant l’objet d’allégations d’ingérence politique pour aider la firme d’ingénierie SNC-Lavalin à éviter un procès criminel à cause de pots-de-vin allégués. 

Au total, le gouvernement Trudeau ajoute près de 23 G$ en six ans dans la colonne des dépenses. Mais dans plusieurs cas, les montants alloués et les programmes plus ambitieux manquent de détails ou sont prévus à moyen ou à long terme. 

C’est le cas, par exemple, de la mise en œuvre du programme national d’assurance médicaments. La nouvelle agence fédérale qui sera mise sur pied aura dans un premier temps la responsabilité de négocier avec l’industrie, en collaboration avec les provinces, des prix en gros pour les médicaments. Il y a fort à parier qu’un plan plus précis sera présenté lors de la campagne électorale. 

Les milléniaux sont visés

Un flou entoure aussi les mesures visant à aider les jeunes à s’acheter une première propriété. Les gens pourront, par exemple, financer grâce au fédéral une partie de la propriété, via la Société canadienne d’hypothèques et de logement. Coût de la mesure : 1,2 G$ sur trois ans. 

Ce n’est pas un hasard si les milléniaux sont particulièrement visés dans le budget. Cette tranche d’électeurs, de plus en plus importante, a fortement contribué à la victoire des libéraux en 2015.

Les aînés ne sont pas en reste. Ottawa leur consacre des investissements supplémentaires de près de 2 G$ sur cinq ans.

Les personnes âgées les plus pauvres qui bénéficient du supplément de revenu garanti pourront ainsi gagner plus d’argent en travaillant, sans se faire couper leur allocation.

À court terme, ce sont les Villes qui profitent en priorité de la générosité d’Ottawa.

Près de la moitié des nouvelles dépenses prévues, soit 2 G$, seront transférées directement aux municipalités par le Fonds de la taxe sur l’essence.

Pour le Québec, l’investissement du fédéral représente quelque 500 millions $.

Cette enveloppe est susceptible d’apaiser les tensions entre les deux capitales, qui ne s’entendent pas sur l’utilisation de certains fonds pour financer les infrastructures. 

Emploi et formation

Ottawa compte aussi consacrer 1,7 G$ dans les prochaines années pour aider les travailleurs à se recycler. Les emplois de milliers de Canadiens sont menacés par les changements technologiques. 

Ces travailleurs auront accès à un crédit d’impôt, afin de financer une partie de leurs frais de formation, jumelée à quatre semaines de congé couvertes par l’assurance-emploi.


Budget total : 355,6 G$

► Dette fédérale : 705,4 G$

Déficit prévu

  • 2019-2020 : 19,8 G$
  • 2020-2021 : 19,7 G$
  • 2021-2022 : 14,8 G$
  • 2022-2023 : 12,1 G$
  • 2023-2024 : 9,8 G$

Source: Budget fédéral