/sports/hockey/canadien
Navigation

Un revers douloureux

Le Canadien accorde six buts sans réplique et s’incline 6 à 3

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Le Canadien avait pourtant les Leafs dans les câbles. Trois buts en milieu de premier engagement lui permettaient de croire qu’il quitterait le Scotiabank Arena avec sa première victoire de la saison contre les Maple Leafs.  

Six buts sans riposte des locaux, les deux derniers dans un filet désert, ont toutefois mis fin à la fête. Le Canadien a quitté en direction du New Jersey, renversé 6 à 3. Une bien mauvaise façon pour la troupe de Claude Julien d’amorcer un voyage de quatre rencontres sur les patinoires adverses.  

Zach Hyman a jeté la frénésie dans le Scotiabank Arena en inscrivant le but vainqueur en fin de troisième période.
Photo USA TODAY Sports
Zach Hyman a jeté la frénésie dans le Scotiabank Arena en inscrivant le but vainqueur en fin de troisième période.

Ce revers est d’autant plus douloureux que toutes les équipes en lutte avec le Canadien ont gagné, que ce soit les Blue Jackets, les Hurricanes ou les Sabres.   

Au moment de mettre sous presse, on attendait toujours le résultat de l’affrontement entre les Flyers et les Penguins, la troupe de Sidney Crosby tentant désespérément de déloger l’une des huit équipes présentement qualifiées pour le tournoi éliminatoire.  

L’infériorité numérique du Tricolore, victime de deux buts en autant de présences sur la patinoire, et un rebond capricieux de la rampe menant au but égalisateur de William Nylander auront causé la perte des visiteurs.  

« On a livré une excellente première période. Puis, nous avons commencé à être mous avec la rondelle. Nous avons pris quelques mauvaises décisions. Habituellement, c’est ce qui coûte des victoires », a déclaré Carey Price.  

En possession de la zone neutre  

Le Tricolore avait pourtant pris une sérieuse option sur le match avec ses trois buts. Après quelques minutes d’ajustement, il avait pris le contrôle du territoire neutre. Les attaquants du Canadien pressaient leurs opposants et coupaient les lignes de passes forçant ceux-ci à commettre des revirements.  

Grâce à son jeu de transition efficace et sa relance rapide, deux de ses marques de commerce, le groupe de Claude Julien avait créé bon nombre d’occasions de marquer.  

Le but de Tomas Tatar fut le résultat de ce type de relance, tout comme l’échappée de Brendan Gallagher et la menace de Max Domi, ayant provoqué la punition de Travis Dermott.  

Miracle sur Bay Street  

Infraction qui allait mener à un miracle quelques instants plus tard : un but de l’attaque massive du Canadien... loin du Centre Bell. Un phénomène qui ne s’était produit que 11 fois en 81 occasions avant cette visite à Toronto.  

D’ailleurs, pour une rare fois cette saison, l’attaque massive du Canadien avait permis aux Montréalais d’acquérir du momentum, et non l’inverse. Lors des trois punitions écopées par les Leafs au premier vingt, le Tricolore a dirigé sept tirs au but.  

Tout ça sans les services de Jonathan Drouin. Aux prises avec un virus, l’attaquant a raté le match. Une décision de dernière minute puisqu’il avait pris part à la période d’échauffement.  

Matthews en deux temps  

Cette fois, c’est l’infériorité numérique qui a fait défaut. Les deux punitions décernées au Canadien au cours du deuxième vingt ont ramené les locaux dans la rencontre. Auston Matthews et Tyler Ennis ont profité de la présence d’un joueur du Tricolore au cachot pour déjouer Price.  

« Ils ont beau avoir connu quelques ratés dernièrement, ça ne les empêche pas de miser sur beaucoup de talent. Ils ont les joueurs pour effectuer des jeux et prendre de bons tirs », a analysé Shea Weber.  

On dit que la crème finit toujours par remonter. Dominé au niveau du travail pendant une grande portion de la rencontre, Matthews a pris les choses en main en troisième période. Il a été une menace constante. Il s’est même permis de renverser Weber lors d’une épreuve de force. Au grand plaisir de la foule massée à l’intérieur de l’amphithéâtre.  

+
Max Domi Pendant près de 40 minutes, le Canadien a dominé par son travail acharné. À ce niveau, Max Domi a pavé la voie. En plus de son intensité, il a distribué deux solides mises en échec, dont l’une aux dépens d’Andreas Johnsson.
-
Infériorité numérique Pour une fois, ce n’est pas l’attaque massive, mais bien l’infériorité numérique qui mérite d’être pointée du doigt. Les habiles patineurs des Leafs n’ont fait qu’une bouchée de l’unité du Canadien.
3
6
Première période
1-MON : Andrew Shaw (13) (Kulak, Domi) 8:07 2-MON : Tomas Tatar (21) (Petry) 12:44 3-MON : Jeff Petry (11) (Shaw, Byron) AN-13:52
Punitions: Dermott (Tor) 13:24; Muzzin (Tor) 14:20; Andersen (Tor) (purgé par Tavares) 18:07.
Deuxième période
4-TOR: Auston Matthews (29) (Rielly, Tavares) AN-2:13 5-TOR: Tyler Ennis (8) (Marleau, Nylander) AN-18:06
Punitions: Mete (Mon) 0:43; Lehkonen (Mon) 16:19.
Troisième période
6-TOR: William Nylander (4) (Marleau, Muzzin) 6:58 7-TOR : Zach Hyman (12) (Marner) 18:10 8-TOR: Andreas Johnsson (17) (Kapanen, Matthews) FD-19:02 9-TOR: Zach Hyman (13) (Rielly, Marner) FD-19:37
Punitions: Johnsson (Tor) 12:05.
Tirs au but
MONTRÉAL 20 - 11 - 4 - 35 TORONTO 10 - 15 - 12 - 37
Gardiens:
MON : Carey Price (P, 25-17-5). TOR : Frederik Andersen (G, 28-13-3).
Avantages numériques:
MON : 1 en 4, TOR : 2 en 2.
Arbitres:
Kendrick Nicholson, Steve Kozari.
Juges de lignes:
Shandor Alphonso, Andrew Smith.
ASSISTANCE:
19 506.
Auston Matthews
William Nylander
★★
Jeff Petry
★★★