/opinion/blogs/columnists
Navigation

Ce que l'on tait est parfois plus important que ce que l'on dit...

Ce que l’on a tu par rapport à la manifestation «contre la laïcité» à Montréal est peut-être plus important que ce que l’on vous en a dit.

Ce que l'on tait est parfois plus important que ce que l'on dit...
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS

Coup d'oeil sur cet article

Ce que l’on a tu par rapport à la manifestation «contre la laïcité» de dimanche à Montréal est plus important que ce que l’on vous en a dit.  

Quand j’ai entendu le reportage du journaliste de Radio-Canada aux nouvelles de la radio d’État en lien avec la manifestation «contre la laïcité» qui s’est tenue à Montréal cette fin de semaine je me suis dit qu’on occultait l’essentiel.      

La même chose par rapport aux articles que j’ai lu dans les médias qui ont rapporté la chose. Oui, on établit que la manifestation était organisée par le Collectif canadien anti-islamophobie; mais on se garde bien de trop entrer dans les détails de ce qui s’y est dit à cette manifestation. Dans les discours des organisateurs, notamment.     

Ce que l'on tait est parfois plus important que ce que l'on dit...
Photo courtoisie

Une manifestation organisée par des radicaux religieux  

Est-ce pertinent quand on couvre une nouvelle qui traite d’une manifestation anti-laïcité de préciser qui sont ceux qui étaient de son organisation et sa mobilisation? Et surtout de quelle nature étaient les revendication de ceux-ci lors des discours tenus devant les manifestants? Car ce n’est pas banal ce qui s’est passé dimanche, à Montréal.      

En comparaison, si des groupes liés ou proches de l’extrême droite sont derrière une manifestation, s’ils jouent un rôle actif à sa mobilisation, on ne le cache pas. Si une manifestation se termine par des discours de gens liés à l’extrême droite et que des slogans racistes sont scandés, on ne le cacherait pas.     

Et il ne faudrait surtout pas le faire, car ce serait manière de nuire à l’intérêt public.      

«Allah est le plus grand!»  

Le point culminant de la manifestation, ce moment où ceux qui l’ont organisée prennent la parole, n’avait rien de banal – répétons-le.      

Comme l’a fait remarquer l’auteure et militante féministe Djemila Benhabib, «Les prises de parole à la manifestation contre le projet de loi 21 étaient rythmées de Allah ou akbar (Dieu est le plus grand), le tout repris par la foule.»     

Ce que l'on tait est parfois plus important que ce que l'on dit...
Capture d'écran Twitter

Le Collectif Canadien anti-islamophobie a d’ailleurs publié sur les réseaux sociaux les discours en question. Oui, discours qui, en grande partie, comme les affiches et slogans de la manifestation, étaient surtout en anglais.     

Les centaines, voire quelques milliers de personnes qui étaient rassemblées dans le centre-ville de Montréal ont répondu à l’appel de figures connues du prosélytisme religieux musulman. D’autres diront des radicaux religieux.      

On parle ici des Adil Charkaoui et Salem Elmenyawi, qui ne sont pas des Jos-le-rigolo.      

Ce que l'on tait est parfois plus important que ce que l'on dit...
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS

On se souviendra que dès 2004, le prédicateur Elmenyawi faisait pression sur le ministre de la Justice Jacques Dupuis «pour que celui-ci officialise l'instauration d'une instance d'arbitrage et de médiation qui rendrait ses décisions en vertu de la charia, la loi islamique» tel que le rapportait Mounia Chadi dans Le Devoir à l’époque.      

Adil Charkaoui n’a plus besoin de présentation. Sa présence ou son rôle, nébuleux, dans la radicalisation de jeunes qui ont voulu quitter vers la Syrie ont fait couler beaucoup d’encre.      

Tout comme ce qui se passe au Collège Maisonneuve , où Charkaoui a déjà été très présent. Le prédicateur a nié vigoureusement chaque insinuation qui le vise.     

D’ailleurs, si quelques représentants de la «gauche» étaient présents à la manifestation organisée par les Charkaoui et Elmenyawi, la plupart des représentants de la gauche anti-laïcité ont préféré s’en tenir loin.      

On me l’a fait remarquer au cours des dernières heures, on a jugé, chez Québec solidaire par exemple, qu’il valait mieux être discret et éviter d’être associé à la manifestation de la fin de semaine dernière. On félicitera le parti de gauche d'avoir fait preuve de cette clairvoyance.      

Il y aura une autre manifestation «anti laïcité» la fin de semaine prochaine au cours de laquelle cette gauche pourra faire sentir, de façon bien ostentatoire, sa présence et son adhésion à la lutte contre le projet de loi 21 de la CAQ.      

L’intérêt public avant tout  

Répétons-le, il ne s’agit pas ici de nier le droit de manifester ni d’insinuer quelque complot que ce soit.      

La question fondamentale qu’il faut soulever ici demeure celle-ci : est-il d’intérêt que le public sache qui sont ceux qui ont organisé la manifestation de la fin de semaine dernière? Qui sont ceux qui ont été appelés à faire les discours afin d’établir la raison de cette manifestation, les revendications portées par ceux et celles qui y ont participé?     

Évidemment que oui.     

Quand l’extrême droite grenouille et prend la rue; quand des discours sont prononcés par des ténors de ces groupes, nauséabonds, je veux le savoir. Et force est de constater que quand il s’agit de manifestations appelées et organisées par cette mouvance-là, dans les médias, on ne manquera pas de bien le dire, de montrer les affiches les plus provocatrices et de souligner à grands traits ce qui y a été dit.     

Parfait, c’est ce qu’il faut faire.       

Ce que l'on tait est parfois plus important que ce que l'on dit...
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS

Et c’est exactement ce que l’on n’a PAS vu dans l’ensemble de la couverture médiatique de la manifestation «anti-laïcité» organisée par les prosélytes religieux radicaux.      

On s’est beaucoup inquiété au cours des dernières heures des débordements dans les revendications de ceux qui s’opposent au projet de loi 21. Le maire de Hampstead, notamment, qui qualifie le tout de «nettoyage ethnique». Ce type de discours et ces insinuations grotesques, il y en avait pas mal lors de la manifestation dot il est question ici.     

On ne se gêne plus pour traiter toute personne qui puisse être favorable à ce projet de loi –soit plus de 70% de la population du Québec, plus de 45 % des non-francophones – de «raciste», de «xénophobe», etc.      

La banalisation de ces accusations outrancières doit cesser.      

Il m’apparait évident qu’il en manquait un petit bout dans la couverture de ce qui s’est passé en fin de semaine à Montréal.