/sports/others
Navigation

Championnats du monde junior : Courtney Sarault, la prochaine étoile

Championnats du monde junior : Courtney Sarault, la prochaine étoile
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Affichant un large sourire, Kim Boutin a utilisé les mots «étoile montante» lorsqu’elle a été invitée à présenter la jeune Courtney Sarault, jeudi, lors d’une conférence de presse en vue des prochains Championnats du monde junior de patinage de vitesse courte piste qui auront lieu à Montréal, du 25 au 27 janvier. 

Si tout se déroule bien, Sarault, 18 ans, devrait effectivement briller de tous ses feux lors de cette compétition prévue à l’aréna Maurice-Richard. Ayant pris le deuxième rang du classement général des Mondiaux junior 2018 en Pologne, la Néo-Brunswickoise pourrait même rafler le titre de championne du monde. 

«Avec les efforts qu’elle fait et avec les qualités qu’elle démontre à l’entraînement, elle se met certainement en position de briller à Montréal», a reconnu Boutin, qui développe une belle relation avec la jeune Sarault, dont les débuts sur le circuit de la Coupe du monde ont été impressionnants au cours des derniers mois. 

«Courtney a la grande qualité de ne pas se poser de questions et de juste foncer, a poursuivi la triple médaillée des Jeux olympiques de Pyeongchang. C’est une fille qui a beaucoup beaucoup de potentiel.» 

«Elle n’aimera pas que je dise ça, mais je l’associe beaucoup à la Néerlandaise Suzanne Schulting, qui embarque dans une course et qui va foncer, peu importe les adversaires à ses côtés», a encore vanté Boutin, la comparant ainsi à une rivale importante sur la scène internationale. 

Considérant que Schulting a notamment remporté l’or olympique au 1000 mètres à Pyeongchang (devant Boutin et l’Italienne Arianna Fontana), il s’agit forcément d’un énorme compliment. Là où le bât blesse : Schulting a aussi privé Sarault d’une médaille d’or à la Coupe du monde de Calgary au mois de novembre. 

Rester concentrée 

Celle qui est la fille d’Yves Sarault, un ancien joueur de la Ligue nationale de hockey, repousse l’idée d’avoir une certaine pression en vue des Mondiaux junior même si elle fait partie des grandes favorites. 

«Je dois rester moi-même, a-t-elle planifié. J’ai l’habitude de contrôler les épreuves en me plaçant devant. Je ne dois pas faire différemment parce que je suis stressée ou parce que je pense trop aux résultats. Si je reste concentrée, les résultats vont venir. 

«Quand je suis concentrée durant une course, c’est comme si je devenais un autre être humain», a-t-elle ajouté, en riant. 

Trois Québécois au rendez-vous 

En plus de focaliser sur ses courses, Sarault souhaite aussi faire preuve de leadership au sein de l’équipe canadienne féminine, qui sera complétée par trois patineuses disputant leurs premiers Mondiaux junior. Parmi ses compatriotes, Sarault estime que la Torontoise Juliette Brindamour pourrait surprendre au 1500 mètres, son épreuve de prédilection. Claudia Heeney et Hee Won Son sont aussi à surveiller, selon Sarault. 

Chez les garçons, les Québécois Nicolas Perreault, William Dandjinou et Félix Pigeon représenteront le Canada en compagnie de l’Albertain Matej Pederson.