/en5minutes
Navigation

Comment les animaux survivent-ils au froid?

Auraient-ils besoin d'un petit manteau?

Cute red squirrel in the falling snow, winter in England
giedriius - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Quand il fait en dessous de -20 °C, on a les boissons chaudes, les grosses couvertes, les suits de motoneige et le chauffage. Mais les animaux, eux?  

Alors qu’on voit nos chiens grelotter malgré leurs adorables manteaux et bottines et nos chats refuser d’aller dehors malgré leurs insistants miaulements préalables (quoiqu’ils font ça en été aussi), on pourrait être sincèrement préoccupés du sort des bêtes sauvages qui doivent affronter les vagues de froid sans protection apparente.  

Or, les animaux ont quand même plus d’un tour dans leur sac quand vient le temps de se protéger du froid.  

Migrer  

La solution facile! Quitter les pays de neige pour des tropiques plus propices à la petite bronzette! N’est-ce pas le rêve?  

Mais c’est loin d’être facile. Il se peut que la nourriture en cours de route soit peu abondante, ce qui mettrait en péril la migration même. La destination finale, tout comme les lieux de pause, peut avoir été prise d’assaut par l’humain, que ce soit par l’agriculture, des maisons, des coupes à blanc ou la pollution. Il y a toujours le risque de collisions avec des fenêtres, des édifices, des lignes électriques ou même des pales d’éoliennes. Des météos extrêmes (de moins en moins rares) peuvent désorienter les animaux migrants.  

N’oublions pas la difficulté physique immense d’entreprendre une migration. Prenons l’exemple du martinet à ventre blanc (charmant nom), qui vole jusqu’à 200 jours et nuits (!!) sans interruption entre la Suisse et l’Afrique de l’Ouest. C’est genre 6 mois, ça! Divulgâcheur: ils mangent des insectes en plein vol. Mais s’ils dorment, ils le font en volant.  

Vivre sous la neige ou la glace  

C’est une solution radicale, mais il fait moins froid sous la neige/glace que dedans la neige/glace. Parlez-en aux tortues, qui en profitent d’ailleurs pour respirer à travers leurs fesses! Les poissons se tiennent habituellement tranquilles dans le fond des lacs et des étangs, conservant leur énergie en attendant la fonte des glaces.  

Sur terre, il y a tout un écosystème subnivien (ce qui veut dire «sous la neige») de petits animaux, d’amphibiens, de reptiles et d’invertébrés qui se nourrissent de la végétation disponible. D’ailleurs, avec des hivers avec de la neige tardive, de la neige qui fond à cause de pluies, l’écosystème subnivien ne va pas bien du tout.  

Se laisser geler et bluffer tout le monde en revenant à la vie au printemps  

En hiver, la grenouille des bois, qu’on retrouve sur une grande partie de l’Amérique du Nord, apparaît morte gelée, sauf qu’elle n’est pas morte gelée. Les grenouilles des bois recyclent l’azote de leur urée durant l’hiver. Ce faisant, elles arrêtent de faire pipi. Mais c’est pas seulement leur système d’évacuation qui cesse de fonctionner: leur cœur, leur activité cérébrale et leur flux sanguin stoppent net.   

Et elles reviennent à la vie lorsque tout dégèle, comme si de rien n’était. C’est exactement comme un pouvoir méconnu de superhéros. 

Accumuler, accumuler, accumuler  

Oh! Marie Kondo n’approuverait pas!  

 

La bouffe, ça fait étinceler la joie, oui.  

Lorsque la nourriture se fait rare, qu’est-ce qui est mieux que d’ouvrir un garde-manger rempli de nourriture? Nous avons bien sûr tous l’exemple des écureuils en tête, mais il y en a plusieurs autres.   

Par exemple, certaines espèces de musaraignes paralysent leurs petites proies (des larves d’insecte) en les mordant. Leur salive étant toxique, leurs victimes comateuses sont à leur disposition quand elles en ont besoin. Les taupes, pour leur part, croquent dans des vers de terre, les tuent et les gardent précieusement tout l’hiver. Un bon garde-manger plein de cadavres, miam!  

Hiberner  

Aaah, l’hibernation, le rêve! Entrer dans une torpeur profonde le temps que les températures recommencent à remonter. L’hibernation est un phénomène quand même bien spécial. Les quelques animaux qui hibernent vraiment voient leur température corporelle, leur activité cérébrale, leur métabolisme, leur respiration et leur rythme cardiaque ralentir considérablement. L’animal est techniquement en vie, mais pas vraiment plus.  

Maintenant, quelle est la différence entre «hiberner» et «hiverner»?  

«Hiverner» veut dire «passer l’hiver à l’abri» du froid ou du manque de nourriture. Ceci inclut diverses stratégies comme un changement de régime alimentaire, ou encore garnir un garde-manger (comme on l’a vu).  

Bref, pas besoin de petites bottes fashion pour les coyotes d’Ahuntsic! (Anyway, il aurait l’air vraiment nono.)  

 

Ce n’est pas un coyote, mais ça donne une idée.

Pour en savoir davantage sur les animaux sauvages et leur adaptation au froid, consultez cet article de Science News et cet autre article de The Conversation