/qubradio
Navigation

Course à la chefferie au PLQ: différence d’opinions entre Leitao et l’aspirante candidate Anglade sur la laïcité

Course à la chefferie au PLQ: différence d’opinions entre Leitao et l’aspirante candidate Anglade sur la laïcité
PHOTO D'ARCHIVES Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une divergence de point de vue sur la laïcité se profile entre Carlos Leitao et l'aspirante à la course à la chefferie du PLQ Dominique Anglade.  

En entrevue à Là-haut sur la colline à QUB radio, l’ancien ministre des Finances, Carlos Leitao a affirmé que le compromis Bouchard-Taylor «n’existait plus».     

Or, la présumée candidate à la course à la chefferie du Parti libéral, Dominique Anglade, a laissé entendre qu’elle était ouverte au compromis Bouchard-Taylor.              

«Ma position est connue (...) Pour moi, le compromis a été le projet de loi 62 déposé par ma collègue Stéphanie Vallée, et je ne sens pas le besoin d’aller plus loin que ça,» a affirmé l'ancien ministre des Finances du Québec.     

Le projet de loi 62, sanctionné en octobre 2017, interdit que les services publics soient offerts ou reçus à visage à couvert.       

Dans les circonstances, Carlos Leitao peut-il appuyer Dominique Anglade dans la course à la chefferie du parti, demande l'animateur et chroniqueur politique Antoine Robitaille?    

«On est en train de débattre de quelque chose [compromis Bouchard-Taylor] qui, à mon avis, n’est plus sur la table», a répondu Carlos Leitao à QUB radio.    

«La course vient de commencer; bien sûr que j’ai des affinités avec Dominique Anglade. Je la connais depuis très longtemps. Je ne confirme rien, ni le contraire. (...) C’est beaucoup trop tôt pour prendre quelque position que ce soit,» a-t-il fait savoir.               

  • ÉCOUTEZ Carlos Leitao sur Dominique Anglade :   

  

Taxe aux géants du web  

Par ailleurs, Carlos Leitao a profité de son passage à l’émission pour déplorer que le rapport du vérificateur général à Ottawa, sur les taxes aux géants du web, avait omis de mentionner que le Québec impose déjà cette taxe.       

Le rapport souligne qu’Ottawa se prive de 170 millions de dollars en n’imposant pas la taxe aux géants du numérique, comme Netflix, Facebook, Amazon, Google.       

 «Ça m’a surpris hier, il [le vérificateur général] aurait pu mentionner que ici au Québec on a créé cette nouvelle formule qui fonctionne très bien. (...) Pas besoin d’aller voir à l’OCDE,» a-t-il lancé.        

En effet, les géants comme Netflix paient depuis janvier 2019 la TVQ au Québec ce qui, selon les projections, permettra de rapporter plus de 60 millions de dollars au trésor québécois.        

«Je vais le signaler au vérificateur général,» a souligné Carlos Leitao.               

  • ÉCOUTEZ Carlos Leitao concernant la taxe aux géants du web :   

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions