/24m/transports
Navigation

De Deux-Montagnes à Montréal sur l’accotement?

Coup d'oeil sur cet article

Les quelque 15 000 personnes qui prennent chaque jour la ligne de train de banlieue Deux-Montagnes pourraient être transportées dans des autobus roulant sur l’accotement de l’autoroute jusqu’à Montréal lorsque le service sera interrompu en 2020.

«Il n’y a pas juste Trajectoire Québec qui pense à [cette idée], a affirmé le ministre des Transports, François Bonnardel, lundi. J’y pense aussi, ma collègue [la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau] y pense aussi. Il faut rapidement mettre en action des idées qui vont atténuer les problématiques de la fermeture des lignes Deux-Montagnes et Mascouche.»

Des autobus circulent déjà sur l’accotement de l’autoroute 15 sur le territoire de Laval, et sur de courtes sections de l’autoroute 13 (environ 1,5 km dans chaque sens). «Il s’agirait de prolonger ces sections pour que ça soit le plus longtemps possible, et que ça amène les passagers le plus proche possible du métro», explique François Pepin, président de Trajectoire Québec.

Son organisme recevait lundi tout le gratin québécois du secteur des transports à l’occasion d’un déjeuner-bénéfice. Malgré de nombreux questionnements, les ministres Bonnardel et Rouleau n’ont pas pu révéler la date à laquelle seraient annoncées les mesures de mitigation pour les lignes Deux-Montagnes et Mascouche, ni même si elles seraient connues avant la fin du mois.

«On est optimistes, nous autres, que ça va être avant le 1er mars», a affirmé M. Pepin.

La CAQ, «surprenante»

Le président de Trajectoire Québec décrit le gouvernement caquiste comme étant «surprenant» en matière de transport collectif, une thématique que le parti avait délaissée durant la campagne.

«On voit que l’exercice du pouvoir les amène à poursuivre les bonnes choses qui étaient déjà en route [...]. Il y a une continuité avec la politique et les programmes du gouvernement précédent, et c’est une bonne chose», a dit M. Pepin.

Le ministre Bonnardel a convenu que la Politique de mobilité durable du gouvernement précédent avait été «bien préparée», et qu’il travaillait dans la continuité de celle-ci. Un grand chantier sur le financement dirigé par son adjoint aux Transports, le député Claude Reid, sera d’ailleurs au travail toute l’année pour dénicher de nouvelles sources de financement pour les projets de transport collectif.

Le ministre a par ailleurs demandé à la Caisse de dépôt et placement du Québec d’étudier un projet de prolongement du REM au nord et au sud, et a répété qu’il préparait un projet de loi sur l’industrie du taxi et des transports rémunérés.

Il a également reconnu qu’il y avait une certaine saturation dans le métro de Montréal à l’heure de pointe, sans toutefois bouger par rapport au projet de ligne rose: il ne s’agit pas d’une priorité pour son gouvernement, contrairement au tramway de l’est et au prolongement de la ligne bleue.