/24m/transports
Navigation

Déneigement à Montréal: prisonniers de leur appartement depuis deux semaines

Déneigement à Montréal: prisonniers de leur appartement depuis deux semaines
FRANCIS PILON/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

 Depuis plus de 14 jours, deux Montréalais en fauteuil roulant ont l’impression d’être emprisonnés dans leur logement, tellement le trottoir devant leur résidence est mal déneigé, une situation qui les oblige à rester confinés chez eux. 

 «Ma maison est devenue ma prison. J’ai l’impression de faire du temps, d’être incarcérée, mais je n’ai rien fait de mal. Je veux juste sortir de chez moi et circuler sur le trottoir comme tout le monde», a expliqué Dominique Marsan, au bout du rouleau.  

 Selon elle, il est toujours difficile de se promener l’hiver à Montréal en fauteuil roulant. Par contre, la situation est désormais sans précédent puisque, depuis deux semaines, la dame n’est pas en mesure de quitter son appartement situé sur la rue de Rouen, dans l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.  

  

Déneigement à Montréal: prisonniers de leur appartement depuis deux semaines
FRANCIS PILON/24 HEURES/AGENCE QMI

  

 La rampe d'accès pour les fauteuils de son immeuble est toujours déneigée et déglacée, mais la situation se corse au moment de rouler sur le trottoir en face de chez elle, qui n’est pas aussi bien entretenu par la Ville de Montréal.  

 «Je ne peux plus me rendre à mes traitements de chimiothérapie. Mon chat est malade, et je ne peux pas l’amener chez le vétérinaire. Je ne peux pas faire mon épicerie. Je défie notre mairesse de venir se promener avec mon fauteuil roulant ici, bonne chance», s’est insurgée Mme Marsan.  

 Son colocataire, Claude Gariépy, se déplace lui aussi avec un fauteuil. Il affirme avoir contacté à de multiples reprises le 311 pour régler la situation et pouvoir enfin sortir de son logement.  

 «Ils me disent de prendre mon mal en patience. J’ai pensé à appeler les pompiers pour venir nous aider. Qu’est-ce qu’on fait, nous, si notre immeuble passe au feu? On se sent complètement abandonnés par notre ville. On est à Montréal, en 2019; c’est inexcusable, tout ça», a martelé M. Gariépy.  

 Nadia Said, chargée de communication à l'arrondissement, affirme entre autres que les variations de température de cet hiver compliquent le travail d'épandage d'abrasif et de déneigement.  

 «Nos opérations de déneigement sont moins évidentes de par la présence de travaux de nature privée à cet endroit. [...] Nous nous sommes entendus aujourd'hui avec l'entrepreneur privé responsable de ces travaux pour nous permettre de procéder au chargement de la neige sur ce tronçon et dégager le trottoir», a-t-elle indiqué.  

 «Faire des réserves» 

Déneigement à Montréal: prisonniers de leur appartement depuis deux semaines
FRANCIS PILON/24 HEURES/AGENCE QMI

 Martin Dion, un résident de l’est de Montréal qui se déplace aussi en fauteuil roulant, a mentionné au 24 Heures être en train de traverser un des pires hivers depuis son déménagement à Montréal en 2015.  

 «C’est très dangereux cette année, les trottoirs n’ont jamais été aussi glissants et remplis avec autant de neige. Quand une tempête est prévue, je fais des réserves de nourriture parce que je sais que la ville n’est pas assez rapide pour tout déneiger et que je vais être pris chez moi pour quelques jours», a indiqué M. Dion.  

 Selon Emily Lefrançois, de l'organisme de défense des personnes ayant une déficience motrice Ex aequo, il n’est pas rare d’entendre ce genre de dénonciations chez les membres de l'organisme.  

 «Ces personnes vont faire le 311 et la Ville va agir une ou deux journées plus tard. Mais la personne reste prise chez elle durant cette période. [...] C’est infantilisant de demander à la Ville de déneiger pour sortir de chez soi», a critiqué Mme Lefrançois.