/investigations
Navigation

Des jeunes accros au Viagra de contrebande

1Populaire
et facile d’accès
2Très payant pour
les trafiquants
3Dangereux au point
d’entraîner la mort

La consommation de Viagra et de faux médicaments pour contrer la dysfonction érectile explose au Québec depuis cinq ans. Des milliers de jeunes hommes mettent leur santé en danger en mélangeant ces petites pilules avec d’autres drogues. Cela leur permet d’avoir des érections qui durent plus longtemps et d’annuler les effets indésirables occasionnés par certaines substances. Et ce, tout en éliminant l’anxiété liée aux performances sexuelles valorisées par la pornographie et les applications de rencontre.

Des conséquences physiques et psychologiques désastreuses

En plus des risques pour la santé physique, la consommation de médicaments pour contrer la dysfonction érectile peut cacher de graves problèmes psychologiques. Bien des jeunes hommes abusent de ces substances sans avoir de réels problèmes « mécaniques » au plan sexuel.

Pourquoi vont-ils jusqu’à mettre leur vie en danger ?
Risques pour la santé

Selon les médecins et les sexologues que nous avons consultés, le problème est parfois entre les deux oreilles. Une nette recrudescence de la jeune clientèle est remarquée dans les bureaux des sexologues.

Trop de pression, de stress, de gêne, de peur de ne pas avoir d’érection : des hommes utilisent ces médicaments pour offrir une bonne performance sexuelle. À force d’en consommer, certains deviennent incapables d’avoir une érection sans l’aide du Viagra ou du Cialis.

Ces experts nous décrivent les risques mortels du Viagra de contrebande

Avertissement de Santé Canada

Gare aux mélanges : VIAGRA-CIALIS et médicaments contre la dysfonction érectile

  • Stimulants (crystal meth, cocaïne, méphédrone, speed)

    Durant le sexe, la prise de Viagra avec des stimulants a pour effet de faire travailler démesurément le cœur et peut provoquer des hausses de la pression artérielle. Cette consommation augmente les risques d’accident vasculaire cérébral (AVC) et de crises cardiaques.

  • ECSTASY/MDMA

    Ce mélange est réputé pour causer des érections persistantes et douloureuses pouvant abîmer le pénis (priapisme).

  • « Poppers »

    Utilisés comme amplificateurs d’orgasme ou pour dilater l’anus, les « poppers », une substance euphorisante sous forme liquide, peuvent mener à de graves problèmes cardiaques et entraîner la mort s'ils sont pris avec du Viagra.

  • Risques pour la santé

    • La combinaison de certaines drogues avec des produits contre la dysfonction érectile peut causer un priapisme, soit une érection pénible ou qui dure quatre heures ou plus. Le pénis peut alors devenir nécrosé et cela risque d’entraîner des problèmes érectiles irréversibles.
    • Lésions en raison du frottement lors des relations prolongées.
    • Augmentation des comportements sexuels à risque et des dangers de transmission d’ITSS et du VIH-SIDA.
    • Problèmes de vision, maux de tête, perte auditive, hypotension et vomissements.

Banane

La sexologue Véronique Larivière espère que les jeunes puissent prendre conscience des risques associés à la consommation de Viagra et de Cialis sans prescription ou provenant du marché noir. Qu’ils réalisent que la sexualité n’est pas toujours parfaite et qu’ils peuvent consulter en toute confidentialité s’ils éprouvent des problèmes ou se questionnent sur leur sexualité.

De son côté, l’omnipraticienne Marie-Ève Morin soutient qu’il faut informer les adolescents le plus tôt possible de l’existence de tels produits et expliquer les risques liés à la consommation de drogues avec des produits contre la dysfonction érectile. Selon elle, il vaut mieux faire de la prévention plutôt que de la répression.

Il faut vite briser le tabou du sexe disent des experts

Jorge Flores Arandas, expert en santé communautaire, affirme qu’il ne faut pas marginaliser ceux qui utilisent les drogues et les médicaments dans le but de prolonger et d’intensifier les rencontres sexuelles. Le désir et le sexe sont encore tabou au Québec, dit-il. Il faut certes qu’il y ait plus de campagnes de prévention, principalement concernant l’utilisation du condom, mais il milite pour un meilleur contrôle de la qualité des produits qui circulent sur le marché noir.

Un point de vue partagé par Marc-Anciel Gaudette, du Mouvement d'information et d'entraide dans la lutte contre le VIH-SIDA à Québec. Il explique que les jeunes se tournent vers le marché noir parce qu’ils sont stigmatisés dans les milieux de soins.

Entre-temps, d’autres pays ont décidé de prendre le taureau par les cornes. C’est le cas de la Grande-Bretagne qui fait le choix de permettre la vente libre du Viagra en pharmacie pour contourner le marché noir et ses effets néfastes. Cette solution n’est toutefois pas miraculeuse. De nouveaux consommateurs qui n’étaient pas visés par la politique sont devenus consommateurs... et accros.