/news/politics
Navigation

Témoignage de Wilson-Raybould: Trudeau nie et s’en remet aux Canadiens

Coup d'oeil sur cet article

Appelé à démissionner par le chef du Parti conservateur, le premier ministre Justin Trudeau a assuré mercredi soir n’avoir rien à se reprocher et s’en est remis aux Canadiens, qui auront un choix à faire lors des prochaines élections.

« Les Canadiens vont avoir un choix très clair et très simple à faire dans quelques mois, entre un Parti libéral qui va toujours se tenir debout [...] et le parti qui est encore le parti de Stephen Harper », a laissé tomber le premier ministre, lors d’un point de presse à Montréal.

Allocution durant laquelle il a été interpelé afin de commenter le témoignage dévastateur que l’ancienne ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould a fait devant le Comité permanent de la justice et des droits de la personne, plus tôt en journée mercredi.

« Absolument pas d’accord »

M. Trudeau a assuré n’être « absolument pas d’accord » avec l’interprétation des événements présentés par Mme Wilson-Raybould.

« Je continue de maintenir que moi et mon personnel avons toujours agi de façon appropriée et professionnelle », a-t-il poursuivi.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Il a reconnu avoir discuté du dossier SNC-Lavalin avec l’ancienne ministre de la Justice, rétrogradée en janvier au ministère des Anciens Combattants, avant de démissionner, un mois plus tard.

« Nous avons évidemment eu des discussions sur la possibilité de perdre 9000 emplois dans nos communautés à travers le pays, y compris sur l’impact potentiel sur les régimes de pension. En tant que premier ministre, c’est ma responsabilité de toujours défendre les travailleurs canadiens », a-t-il soutenu.

Malgré tout, M. Trudeau estime que ces discussions ne constituent pas une forme d’ingérence politique.

« La décision sur SNC-Lavalin revenait à Mme Raybould et à elle seule », a-t-il réitéré.

Par ailleurs, M. Trudeau a indiqué qu’il décidera prochainement si Mme Wilson-Raybould pourra rester au sein du caucus libéral.