/qubradio
Navigation

Eve Torres: «Il y a des affaires qu'on ne touche pas en humour», dit Vincent Marissal

Eve Torres: «Il y a des affaires qu'on ne touche pas en humour», dit Vincent Marissal
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

 Le député de Québec solidaire, Vincent Marissal, avoue avoir ressenti un profond malaise face à la «blague» de l'ancienne candidate de sa formation Eve Torres, qui avait fait un lien entre l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris et le projet de loi 21 sur la laïcité.  

 «Ce n'est pas le temps de faire de blague avec ça, ni de faire des menaces,» a commenté le député solidaire de Rosemont à l'émission Là-haut sur la colline à QUB radio.     

Sur les réseaux sociaux, Eve Torres avait écrit: « [...] Quand tu interdis aux autres de porter leurs signes religieux, tu fâches notre “Ami imaginaire”, puis voilà le résultat». 

Elle a rapidement retiré ses propos puis a présenté ses excuses officielles devant la presse jeudi , en expliquant qu'il s'agissait d'une blague et qu'elle en était profondément désolée.    

 Mais selon Vincent Marrisal, le mal est fait.     

 «Faute avouée est à moitié pardonnée», a-t-il dit.    

 «Il n'y a vraiment rien de drôle là-dedans. Il y a des affaires qu'on ne touche pas en humour, en particulier ça,» a précisé M. Marissal.   

 ÉCOUTEZ Vincent Marissal à QUB:   

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions