/qubradio
Navigation

«Les maternelles 4 ans, c’est 15 % de mon temps, mais 97 % de l’espace médiatique», dit Jean-François Roberge

«Les maternelles 4 ans, c’est 15 % de mon temps, mais 97 % de l’espace médiatique», dit Jean-François Roberge
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

«Les maternelles 4 ans, c’est 15 % de mon temps, mais 97 % de l’espace médiatique», a assuré le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge dans le balado Emmanuelle présente... À son avis, les oppositions ont mis l’accent sur cet aspect et les médias sont «tombés dans le panneau»: «Médiatiquement, on a essayé de faire croire que le programme de la CAQ, c’était les maternelles 4 ans!», s’est-il désolé au micro d’Emmanuelle Latraverse. 

Selon lui, les projets éducatifs de la CAQ vont beaucoup plus loin que ce qui a été mis en évidence durant la campagne électorale et après. «Je travaille sur un projet de loi pour les frais chargés aux parents, pour que les enfants bougent davantage. On a changé les choses pour que les élèves aient deux récréations. On va bonifier le parascolaire au secondaire, ce qui est un programme ultra ambitieux pour valoriser l’école publique. On veut plus de mixité sociale dans nos écoles, on va revoir l’architecture de nos écoles. On perd trop de jeunes enseignants: on va lancer un programme de mentorat», a énuméré le député de Chambly avant de renchérir: «Les maternelles 4 ans, c’est important, mais c’est une mesure parmi plusieurs autres». 

 

C’est après avoir passé 17 ans à enseigner en 5e année du primaire que M. Roberge s’est tourné vers la politique... puis vers le ministère de l’Éducation. Des chaussures qui lui ont valu des comparaisons avec un certain Gaétan Barrette, ministre de la Santé après avoir été médecin. Un parallèle que M. Roberge juge de mauvaise foi. 

«Personne n’est plus dur avec moi que moi-même», a-t-il lancé à l’animatrice du balado de QUB radio, assurant que maints projets lui tiennent à cœur. Après une enfance passée «dans la lune» et une adolescence à «faire le strict nécessaire», au secondaire et à osciller entre l’art et le sport, la profession d’enseignant s’est présentée à lui. «Un professeur marquant m’a montré que ça pouvait être extraordinaire, a-t-il lancé. Que, si on maîtrisait notre contenu, on n’avait pas besoin de manuel.» 

«Il a tout donné» 

Encore aujourd’hui, il est persuadé qu’il n’y a pas de recette magique pour être un bon prof. «Mais c’est quelqu’un qui mise beaucoup sur la relation prof-élève, qui ne se sent pas menacé par les parents, qui connaît sa matière sur le bout de ses doigts. Un bon prof est un prof qui doute. Quand je vois un prof en épuisement, je me dis "Il devait être bon, lui. Il a tout donné!"» 

 

En ce qui concerne les élèves, le ministre de l’Éducation ne croit pas aux «mauvais élèves». «Tous les élèves sont des bons élèves, prétend-il. Certains vivent des choses difficiles certains ont des troubles d’attention, mais aucun n'est un mauvais élève. J’ai eu un élève de 10 ans qui avait fait une tentative de suicide et c’est un autre élève de ma classe qui l’avait sauvé. Rien ne prépare à ça. Ce sont des moments difficiles, mais ils étaient tous les deux des bons élèves.»  

La passion pour la lecture est une carte qu’il a voulu déposer dans le jeu de ses élèves durant sa carrière d’enseignant. Il avait notamment mis sur pied une activité de nuit blanche à l’école durant laquelle les jeunes de sa classe passaient la nuit à participer à des activités liées à la lecture. 

Pour sa part, il a surtout appris à lire avec son abonnement, très jeune, au Sélection du Readers Digest, et en lisant La Presse de son père à l’envers, en face de lui au déjeuner. «Aujourd’hui, la littérature jeunesse est un grand marché, mais aucun prof ne m’a fait lire un roman au primaire.» 

Ramener l’espoir 

Plus que la maternelle 4 ans, le parascolaire est un flambeau que Roberge souhaite porter bien haut. «Associer le plaisir et le scolaire, c’est important», martèle le ministre. «Je suis certain qu’on va ramener des jeunes vers le public avec ça. On n’aura plus besoin de sortir du régulier pour faire de l’extraordinaire.» 

Il chérit aussi le mandat de «ramener de l’espoir» dans les écoles du Québec. «Beaucoup de profs sont tannés de se battre contre un système, affirme-t-il. Des profs extraordinaires sont condamnés à l’ordinaire: des profs qui veulent sortir du cadre, de l’horaire, innover et qui sont dans un cadre qui n’est pas flexible. J’appelle ça "Opération libérer le talent"... Dans les écoles, il y a des bénévoles, des professionnels, des directions, des enseignants qui sont prêts. Le bateau veut décoller, on a hissé les voiles et l’ancre gratte le fond. Il faut lever l’ancre. Beaucoup de capitaines de bateaux attendent juste ça.» 

Les profs sont heureux 

Selon le député de Chambly, 95 % des profs du réseau sont heureux. «Depuis qu’on se parle, parmi toutes les voitures qui sont passées devant nous, aucune n’a eu d’accident. Soyez sûre qu’on n’en entendra pas parler dans les médias, a lancé M. Roberge à son interlocutrice en riant. Un prof qui dit "Je vis une magnifique année avec mes élèves de secondaire 3" n’ira pas à LCN, mais celui qui se fait frapper au visage par un élève va être à LCN.» 

 

Nul besoin de sentir une vocation nous appeler pour être prof, croit l’enseignant. «C’est une carrière, mais il faut être passionné par ce qu’on fait. Une vocation, c’est un terme usé. C’est comme s’il fallait faire mille sacrifices et se sacrifier. Ça a une connotation religieuse... je vois Jésus sur la croix.» 

C’est loin d’être l’image qu’il se fait de la profession d’enseignant et le ministre se fait rassurant: «Il y a un paquet de profs qui me disent "Je changerais d’emploi pour rien au monde".» 

  

  • ÉCOUTEZ l’épisode complet d’Emmanuelle présente... Jean-François Roberge:    

   

   

  • Pour tous les épisodes d’Emmanuelle présente..., c’est ici.  
Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions