/lifestyle/columnists
Navigation

Il faut avoir la force de se respecter

Comme celle qui signait « Fragile », ma mère nous a laissés, mes deux sœurs et moi, subir les foudres d’un père malin et alcoolique. Jamais elle n’a levé le petit doigt pour nous protéger, pas plus qu’elle n’a pris la décision de fuir avec nous ce monstre qui la terrorisait, mais qui n’osait cependant pas la toucher. Une fois quittée, la maison familiale nous a très peu donné l’envie d’y revenir. Et ma mère s’en est toujours étonnée. Non mais faut quand même pas être masochiste ! Vous avez bien fait de dire à cette personne qu’elle va devoir « ramer fort pour remonter le courant », maintenant que son mari est mort, car si ses enfants sont comme nous, leur envie de la revoir doit être dans la cave, et elle aura un building de 20 étages à remonter pour les amadouer.

[Lire la suite]

Retour sur le vrai rôle des parents

Comme celle qui vous écrit ce matin, j’ai quitté jeune la maison familiale. J’avais de grosses divergences d’opinion avec mon père, et, mes choix de vie ne lui plaisant pas, la porte me fut indiquée à 18 ans pour absence de réponses à ses volontés. J’ai mis un temps fou à faire mon cégep, vu que je devais gagner ma vie en même temps. Comme cette femme, j’ai également eu des relations amoureuses difficiles, et le père de mes deux enfants ne m’a jamais soutenue. Même si j’ai réussi à faire d’eux des adultes autonomes, pendant ce temps-là, moi, je me tuais au travail pour faire face.

[Lire la suite]

Ma meilleure amie m’a flouée

J’étais demeurée amie avec une fille que j’avais rencontrée au cégep. Nous avions toutes les deux étudié en relations humaines et avions été embauchées par le gouvernement dès la fin de nos études. À un certain moment au début de notre amitié, alors que j’étais ambivalente sur mon orientation sexuelle, nous avions eu quelques relations ensemble. Mais vite, je me suis rendu compte que je préférais les hommes.

[Lire la suite]

Loading