/opinion/blogs/columnists
Navigation

Juste des bouts de tissu!

Une porte parole de QS en Beauce explique bien à quel point cette «gauche» est déconnectée du réel!

Juste des bouts de tissu!
ALEXIS AUBIN/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le projet de loi 21 aura eu comme conséquence d’exposer l’argumentaire, très douteux, de Québec solidaire sur le dossier de la laïcité.   

On a eu droit à quelques perles de QS depuis que la laïcité a recommencé à occuper une grande part des discussions au Québec.   

Mais la porte-parole de QS dans Chaudière-Appalaches, Diane Vincent, en expliquant la position de son parti à son journal local, nous permet de mieux saisir à quel point ce parti est déconnecté de la réalité de l’écrasante majorité des Québécoises et des Québécois.  

« Des bouts de tissu »  

Les opposants au PL 21 et autres défenseurs du multiculturalisme et des droits individuels à tout crin insistent pour retirer toute signification aux symboles religieux, ceux qui se manifestent par les codes vestimentaires religieux par exemple. Extrait de la lettre de Mme Vincent :   

« Le religieux et les services publics sont séparés depuis plusieurs décennies. Il n'y a pas de problème non plus sur la laïcité de l'État. C'est un fait accompli également et c'est inscrit dans la loi, comme avec la fin des écoles publiques confessionnelles. Il reste seulement la façon de se vêtir. Est-ce que les quelques députés, au fédéral, qui portent un turban font moins bien leur travail? Non, ils font la job qui leur incombe comme tous les autres qui n'en portent pas.   

Pourquoi est-ce que ce serait différent pour un enseignant, un juge ou d’autres corps de métier? L'important, c'est le travail accompli et qu'il soit bien fait. Qu'est-ce que la façon de s'habiller vient faire dans ce problème? Il n’a aucun effet dans le choix d'une personne pour un emploi. Le plus important c'est la compétence de la personne. Si elle est formée pour un travail, des bouts de tissus n'ont pas à prendre le dessus sur le savoir-faire. »  

  

Juste des bouts de tissu!
(Ottawa Sun Photo By Sean Kilpatrick) # 2806

Regardons-y de plus près. La porte-parole de QS en Beauce veut causer du turban et de la place qu’il occupe au sein des institutions? On lui rappellera que lorsque la GRC a autorisé le turban dans ses rangs, cela a causé toute une commotion dans le Canada anglais.   

Un extrait des archives de Radio-Canada, fin des années 80 :   

« Cette décision de la Gendarmerie royale du Canada s'inscrit dans la lignée de la politique fédérale canadienne. En effet, l'adoption par Ottawa de la Loi canadienne sur les droits de la personne, en 1980, incite la GRC à se pencher sur le port des symboles religieux dans l'exercice des fonctions de police. En 1982, un groupe de travail de la GRC recommande une révision du code vestimentaire. Mais ces recommandations restent lettre morte. Il faut attendre la fin de l'année 1987 et le lancement de la campagne de recrutement des minorités visibles de la GRC pour que soit de nouveau examinée la question du port du turban par les sikhs.   

L'accueil réservé à cette décision est mitigé et l'enthousiasme cède parfois la place à la contestation au sein de la population canadienne. C'est ainsi qu'un fort mouvement de contestation, venant de la province albertaine, dans l'ouest du pays, s'est farouchement opposé à la décision fédérale. Une pétition a même été dressée contre l'autorisation d'accepter des variantes au code vestimentaire des policiers de la GRC. »  

Nous sommes en plein dans la conséquence de l’institution du multiculturalisme comme socle de la construction identitaire du Canada. Les effets l’adoption de la Charte des droits et libertés et de la politique multiculturelle d'Ottawa. Ça passe très mal en Alberta et ailleurs au pays.   

Au Québec, la chroniqueuse Lysiane Gagnon de La Presse signe un texte très dur envers le multiculturalisme. Ce multiculturalisme dont on ne se doutait pas, à l’époque, que la bien-pensance de Montréal embrasserait à pleine bouche. Extrait :   

« Le gouvernement fédéral vient d'autoriser le port du turban sikh au sein de la Gendarmerie royale, après l'avoir permis aux Douanes et dans l'armée. Idem au sein de la police municipale de Toronto. Voilà qui aura de fortes répercussions sur l'évolution de la société canadienne.   

Chacune de ces décisions signifie que le principal acquis de la civilisation occidentale, le principe fondateur de toutes les libertés - la séparation de l'Église et de l'État - doit être subordonné à l'idéologie du multiculturalisme .   

De neutre qu'il devait être selon l'idéologie laïque contemporaine, le concept de l'État se trouve transformé en auberge espagnole où chacun viendra greffer, comme sur une courtepointe bigarrée, ses préjugés et ses valeurs personnelles. La religion, censée relever du domaine privé, revient dans l'aire publique d'où les progrès de la civilisation l'avaient chassée. » (les deux précédentes références auxquelles j'avais fait allusion ici.)   

On notera que la même chroniqueuse s’oppose de façon véhémente au PL 21 aujourd’hui...  

À l’époque, pas question de vider l’apparat vestimentaire religieux de sa symbolique. On ne niait pas l’évidence. C’était AVANT cette facétie qu’est la « laïcité de gyproc ». Cette théorie selon laquelle tant que les murs sont « laïcs », tant que les panneaux de gypse sont exempts de signes religieux, l’État est laïc.   

Selon les tenants de la « laïcité de gyproc », tous les enseignants dans une école primaire publique pourraient arborer de façon ostentatoire leur religion, pas grave! Les murs sont laïcs! Le turban, l’habit de sœur catholique, le voile islamique, la passoire de pâte ou l’apparat raëlien... tout ça n’est que bout de tissu.   

  

Juste des bouts de tissu!
Jocelyn Malette

Plus de signes religieux = plus de laïcité!  

Là où ça devient délirant dans le cas de Québec solidaire, par la bouche de cette porte-parole, c’est quand elle plaide pour plus de signes religieux pour les normaliser dans l’espace sociétal!  

« C'est pour cette raison que Québec Solidaire a choisi de ne mettre aucune restriction sur le port de signe religieux. Ceci est de l'ordre personnel et l'état n'a pas à s’immiscer dans ce choix. Chacun a le devoir de faire abstraction de leurs opinions personnelles dans l'accomplissement de leurs tâches.

De plus, personnellement, je crois que moins on verra de ports de signes religieux et plus la peur de ceux-ci sera plus forte. [...euuuh!!] Si on s’habitue à en voir, cela deviendra normal et il n'y aura plus de raison d'avoir peur. C'est probablement comme lorsque les femmes ont décidé de porter des pantalons, la société a dû s'habituer avant que cela devienne familier. La même chose se passera avec le port des signes religieux. »  

  

Les porte parole de du Parti Quebec Solidaire Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois a un point de presse sur les signes religieux lors du Conseil National de QS au CEGP Limoilou de Charlesbourg, samedi le 30 mars 2019.  DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC
Les porte parole de du Parti Quebec Solidaire Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois a un point de presse sur les signes religieux lors du Conseil National de QS au CEGP Limoilou de Charlesbourg, samedi le 30 mars 2019. DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Selon cette logique que de toute façon, les signes religieux ne sont que des « bouts de tissu » qui ne veulent absolument rien dire, autant les rendre aussi communs que le port des pantalons par les femmes right!   

Et ne pointons pas seulement cette dame en passant. Le nouveau André Pratte de La Presse, François Cardinal, dans son plus récent texte critique du PL 21, avançait exactement le même argument en référant « aux vêtements des agents de l’État ».   

Que des bouts de tissu.  

(À ceux qui diront que biiin oui mais c’est La Presse... Francis Vailles, collègue de Cardinal, a signé un texte très partagé qui disait exactement le contraire; « que l’image des profs devait être laïque ». )