/opinion/blogs/columnists
Navigation

La nouvelle plaie des zinternets? Les «accusateurs intempestifs» de QS...

Oubliez les «angrys péquistes», les «accusateurs intempestifs» de QS sont encore pires...

La nouvelle plaie des zinternets? Les «accusateurs intempestifs» de QS...
PHOTO D'ARCHIVES, CHRISTOPHER NARDI

Coup d'oeil sur cet article

Vous pensez que les «angrys péquistes» sont achalants, attendez... laissez-moi vous parler des «accusateurs intempestifs» de Québec solidaire... «Racistes!!» par ci, «Xénophobes!!!» par là... Une vraie plaie ceux-là!  

Je prenais connaissance, jeudi, d’un statut sur Facebook d’un indépendantiste que j’aime bien, un ex-candidat d’Option nationale, Nic Payne. Ses critiques du mouvement indépendantistes sont souvent percutantes. Il ne ménage personne. Il brasse la cage.   

Ça tombe bien, ce mouvement a parfois besoin d’une bonne dose de réalisme. Nic est là pour la servir. Joli verbe en prime.   

Plus tôt cette semaine, Nic Payne a critiqué ce que je nommerai «l’impératif de la diversité» dans nos médias. Un extrait :    

«S'il est un poncif néo-bobo qui m'exaspère, c'est bien la sempiternelle accusation de manque de "diversité" dans la production artistique et les médias québécois. Déjà que notre identité nationale doit subir de toutes parts l'assaut constant du rouleau compresseur anglo-américanisant, en plus faut-il qu'elle subisse de l'intérieur la pression de ceux qui sont incapables de faire la différence entre la capacité d'intégration -- d'assimilation, devrais-je dire en dehors de toute rectitude politique -- extraordinaire de l'Amérique anglaise et celle, famélique, du Québec français, largement ravalé au rang de communauté parmi d'autres sur son propre territoire.»   

Quarante-huit heures plus tard, Nic Payne fait le bilan. Il en a pris plein la gueule de la part des «angrys QS»...   

Autre extrait de la réaction à son texte sur «l’exaspérant poncif néo-bobo...:    

«J'ai récemment exprimé un point de vue critique sur le reproche fait souvent à la culture et aux médias québécois d'être trop peu ouvert à la "diversité". Je me suis évidemment pris dans la gueule les accusations exorbitantes et dégradantes de certains partisans de Québec solidaire. Ce n'est pas grave. Et puis, il faut bien dire que je suis un homme blanc et que je ne suis plus officiellement jeune; il va donc de soi que je suis un vieux débris xénophobe et malveillant, irrémédiablement prisonnier de l'ère du fax.»   

Oui, il a le sens de la formule Nic Payne n’est-ce pas!     

La nouvelle plaie des zinternets? Les «accusateurs intempestifs» de QS...
Niv Bavarsky/Beutler Ink (image fournie par WENN.com)

Pourquoi je vous cause de ça maintenant? Car il faut bien le dire, les «accusateurs systémiques de racisme» de Québec solidaire ont volé la palme aux «angrys péquistes» comme plaie # 1 des réseaux sociaux.    

Ce qui ne surprend guère quand on considère ce qui s’est passé au Conseil national de ce parti la fin de semaine dernière. Québec solidaire s’est radicalisé; les témoignages de militants de ce parti qui ont osé défendre quelque forme de laïcité que ce soit et qui se sont fait insulter, vilipender sont légion.    

Conséquemment, on ne se surprendra pas que des voix commencent à se faire entendre pour dénoncer cette délétère habitude de trop de militants qsistes que d’accuser de racisme, de xénophobie, d’intolérance, tout ce qui n’obéit au dogme «antiraciste», tout ce qui n’est pas en phase avec l’idéal «diversitaire».   

Ça commence à faire beaucoup de monde ça.    

Et quand ce sont des militants de Québec solidaire qui le disent, ils passent au «batte» eux aussi.    

J’ai partagé, justement, la lettre d’un de ces militants qui a été dégouté par le récent Conseil national de QS.    

Voici justement une réaction épidermique typique des trolls de QS...   

Le titre du texte de ce militant démissionnaire montre bien le niveau d’exaspération : «Je vous retourne ma carte de membre», tout en ajoutant dans sa lettre que la vision de la laïcité du parti l’a repoussé : «Vous avez donc totalement occulté la responsabilité des agents de l’État et misé sur leur individualité, reniant ainsi la fonction et la symbolique que cela entraîne.   

Dans ma réalité et mon histoire, les symboles sont importants, je ne puis m’en foutre. En conséquence, je ne puis m’associer à vos nouvelles accointances politiques et je vous retourne ma carte de membre du parti...»   

Ces nouvelles accointances, sont-ce justement tous ceux qui ont indiqué la nouvelle direction à prendre? Ces militants antiracistes et autres extrémistes qui ont matraqué toute possibilité de discussion sereine sur la laïcité?    

Qui voudra s’associer à un parti pour qui les Boucar Diouf et le philosophe Normand Baillargeon deviennent de vils intolérants infréquentables, car ils critiquent les positions de Québec solidaire?    

En réflexion...  

Francis Boucher, l’auteur de l’essai Dialogue avec les exclus de l’indépendance, est militant de Québec solidaire. Il fut l’un de ceux qui a défendu avec beaucoup de finesse et d’intelligence, l’option A, celle de la laïcité.    

Il n’a pas été épargné par les brutes du camp adverse. J’ai suivi avec beaucoup d’attention les différentes discussions qui se tenaient sur ses réseaux sociaux. Je me demandais parfois comment il faisait pour endurer tout ça. Cette rage manifestée par de gens de son propre camp, envers les mécréants qui osaient défendre, essentiellement, Bouchard-Taylor.   

Francis Boucher a pris la parole publiquement; au micro de Bernard Drainville notamment, où il a causé de la «radicalisation» de son parti, et de la propre «réflexion» qu’il entamait sur sa place dans celui-ci.   

On le comprendra. Et il n’est pas le seul.    

Si la cuisante défaite du Parti québécois a refroidi les ardeurs des «angrys péquistes» pour le plus grand bien de tous, à voir comment les «accusateurs intempestifs» de QS distillent la rage et le mépris, ce seront eux les prochains pestiférés honnis des réseaux sociaux...