/news/politics
Navigation

Laïcité: Legault déplore la position « malheureuse » de la Ville de Montréal

Laïcité: Legault déplore la position « malheureuse » de la Ville de Montréal
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La métropole ne fera pas exception au projet loi sur la laïcité, confirme François Legault, qui devant un « malheureux » front commun des élus municipaux montréalais, en appelle au sens des responsabilités de la mairesse Valérie Plante.  

«Moi je pense que la mairesse de Montréal, même si elle n’est pas d’accord avec le projet de loi, elle doit s’engager à faire respecter toutes les lois du Québec. Elle ne peut pas choisir les lois qui font son affaire», a déclaré en point de presse le premier ministre, mardi.   

Lundi, la mairesse Plante et le chef de l’opposition à l’hôtel de ville, Lionel Perez, ont fait adopter, à l’unanimité, une déclaration «réitérant la laïcité institutionnelle de Montréal et la liberté religieuse des individus».   

Non à un statut particulier  

Malgré ce front commun qualifié «d’historique» par les élus municipaux montréalais eux-mêmes, le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, n’a pas tardé à fermer la porte à la possibilité que Montréal soit exempté des mesures prévues au projet de loi 21.   

«Les lois du Québec s’appliquent à l’ensemble du territoire québécois. Montréal fait partie du Québec et la loi sur la laïcité va s’appliquer sur l’ensemble du territoire québécois, incluant Montréal», a prévenu le leader du gouvernement.   

«La volonté du gouvernement du Québec, elle demeure ferme à l’effet que la laïcité de l’état elle doit être inscrite dans nos lois», a continué le ministre de l’Immigration.   

«Il n’y aura pas de statut particulier pour Montréal», a tranché M. Jolin-Barrette, avant que le premier ministre abonde dans le même sens.   

«Montréal c’est la métropole de tous les Québécois, donc il n’est pas question qu’il y ait une position différente à Montréal que dans le reste (de la province)», a dit M. Legault.    

Immuable sur les principes  

Le ministre de l’Immigration, qui prend acte de la position adoptée par la Ville de Montréal, souhaite tout de même échanger à ce sjuet avec la mairesse Plante en commission parlementaire.   

Même si M. Jolin-Barrette demeure « intéressé à une bonification du projet de loi », un des grands principes de son projet de loi demeure immuable : les personnes en position d’autorité ne pourront porter de signes religieux durant leur prestation de travail.   

«Il faut écouter tout le monde y compris la Ville de Montréal, mais en ce qui nous concerne, la loi va s’appliquer partout au Québec, sans exception», a indiqué de son côté le chef parlementaire péquiste, Pascal Bérubé.   

«Habituellement les lois sont pour tout le Québec», a commenté pour sa part la députée libérale Hélène David, qui malgré son opposition au projet de loi 21, se dit «contre» l’idée «d’une clause Montréal».   

«Les pires impacts» à Montréal  

«Le gouvernement Legault doit entendre ce qui se passe», a déclaré à son tour le député de Québec solidaire, Sol Zanetti.   

Ce dernier comprend mal comment le gouvernement peut encore affirmer que son projet de loi est rassembleur alors que l’ensemble des élus municipaux de la métropole s’y opposent.   

«La métropole – les élus – sont en train de dire de façon unanime que ce n’est pas une bonne idée d’aller dans cette direction-là, a relaté M. Zanetti. (Montréal), c’est l’endroit au Québec où la loi 21 avec avoir le plus d’impact, les pires impacts, les pires conséquences et le gouvernement Legault ne peut pas faire abstraction de ça. Il doit réaliser que ce projet de loi là il ne passe pas. Il doit revenir sur sa décision.»