/qubradio
Navigation

Inondations: «Peut-être qu’on n’a pas été assez proactifs» admet le scientifique en chef du Québec

Inondations: «Peut-être qu’on n’a pas été assez proactifs» admet le scientifique en chef du Québec
Photo Agence QMI, MAXIME DELAND

Coup d'oeil sur cet article

 Le scientifique en chef du Québec se demande si le Québec aurait pu être plus «proactif» pour mieux cartographier les zones inondables et ainsi prévenir les dégâts.   

 Alors que de nombreuses inondations affectent présentement le Québec, plusieurs personnes ont soulevé le fait que les cartes des zones inondables du Québec ne sont ni à jour, ni adéquates. Les municipalités, dont celles de la Communauté urbaine de Montréal , tentent de mettre à jour leurs cartes avec les outils dont elles disposent.      

  En entrevue à l'émission Là-haut sur la colline à QUB radio jeudi, Rémi Quirion a expliqué que le nouveau Réseau Inondations intersectoriel du Québec (RIIQ), devrait permettre de mieux cartographier les zones inondables, en collaboration avec le ministère de la Sécurité publique, le ministère de l’Environnement et des municipalités.      

 Changement d'approche pour mieux cartographier les zones à risque.   

 «On essaie d'avoir une approche plus multidisciplinaire. On travaille sur le long terme. Je pense qu'on va avoir plus d'écoute de la société civile, mais aussi des gouvernements en raison de la répétition d'événements extrêmes», a-t-il soutenu.      

 Il a expliqué que «c'est la répétition d'événements extrêmes que l'on observe davantage maintenant et que l'on associe davantage aux changements climatiques», et qui permet d'affirmer le lien entre les inondations et les changements climatiques avec une plus grande certitude.      

 «C'est ce qu'on voit dans certaines régions du Québec qui n'étaient pas des zones inondables historiquement, et qui maintenant deviennent beaucoup plus affectées par ce type de phénomènes», a-t-il précisé.  

 Ces phénomènes extrêmes qui se manifestent de façons diverses ont lieu partout dans le monde: inondations, feux de forêt, tornades, tremblements de terre, etc.  

 Le gouvernement Legault réceptif aux scientifiques  

 Par ailleurs, il a salué la réceptivité du gouvernement Legault face à la stratégie québécoise en recherche et en innovation qu’il avait développée avec le gouvernement précédent.  

 «À ce jour, c’est positif. Mon ministre et plusieurs autres ministres sont très pragmatiques, lorsqu’on a discuté de grandes politiques. On poursuit la stratégie québécoise en recherche et en innovation. C'est positif ça», a-t-il affirmé.           

  •  ÉCOUTEZ Rémi Quirion, scientifique en chef du gouvernement du Québec:               

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions