/sports/soccer/impact
Navigation

Une équipe améliorée

Coup d'oeil sur cet article

L’Impact a connu un début de saison 2018 qui aura plombé ses chances de participer aux séries éliminatoires. Les choses devraient être différentes cette année.

Dans les 17 premiers matchs, l’équipe nouvellement dirigée par Rémi Garde a présenté un dossier de 6-11-0. La barre a été redressée avec une fiche de 8-5-4 qui n’aura pas suffi à contrer la remontée de D.C. United.

Tout le monde dans l’entourage de l’équipe parle de la seconde moitié de saison comme de pierre d’assise pour lancer 2019 et il y a des arguments qui militent en leur faveur.

D’abord, l’équipe s’est améliorée sur papier avec l’ajout de joueurs comme Maximiliano Urruti et Harry Novillo, et ce, malgré la perte de bons éléments comme Rod Fanni et Alejandro Silva.

À l’aise

Le principal atout de l’Impact est son personnel d’entraîneurs. Rémi Garde est un homme studieux et méticuleux qui a rapidement trouvé ses repères en MLS, les 17 dernières rencontres de 2018 en témoignent.

Des matchs présaison disputés par l’équipe dans les dernières semaines, on constate que l’entraîneur-chef a mis en place un plan très clair auquel adhèrent les joueurs.

On a vu une équipe qui veut le ballon, qui exerce plus de pression sur l’équipe adverse et plus haut en territoire adverse.

Le jeu avec et sans le ballon est plus lisse et le jeu défensif est nettement plus efficace parce que le bloc est plus compact. On a vu une équipe bien rodée et bien organisée qui est efficace pour repousser les attaques ennemies.

Variété

On devrait aussi voir une plus grande variété sur le plan offensif et c’est souhaitable parce que l’équipe dépend trop d’Ignacio Piatti et depuis trop longtemps.

L’ajout d’Urruti et Novillo devrait ôter un peu de pression sur les épaules de Nacho. Et c’est tant mieux parce que l’équipe devra hausser sa production qui était de 47 buts l’an dernier.

Défensivement, l’équipe devra être moins généreuse, elle qui a accordé 53 buts en 2018.


Gardiens

Evan Bush
Photo d'archives, Martin Chevalier
Evan Bush

À moins d’une blessure, Evan Bush est l’homme de la situation. À 32 ans, l’Américain a paraphé un contrat à long terme pour la première fois de sa carrière dans l’entre-saison après avoir connu sa meilleure saison dans la MLS. Plus vif, plus rapide, Bush est un gardien instinctif qui intellectualise beaucoup le jeu. Ses relances posent encore problème, mais on y est habitué. Il doit s’adapter à un nouvel entraîneur des gardiens, Rémy Vercoutre, qui a déjà été un élève de Joël Bats, il devrait donc être à l’aise malgré le changement.


Défenseurs

Zakaria Diallo
Photo d'archives, Martin Chevalier
Zakaria Diallo

Dans l’esprit de bien des partisans, la perte de Rod Fanni en raison d’un budget limité était une catastrophe, mais c’était oublier que Fanni était venu remplacer Zakaria Diallo. Mais voilà, celui-ci est de retour au sommet de sa forme et il a prouvé, en matchs préparatoires, qu’il avait l’aplomb nécessaire pour piloter la défense bleu-blanc-noir. Calme, adroit avec le ballon, il sera le général avec la capacité d’évoluer avec le partenaire qu’on lui affectera, que ce soit Victor Cabrera, Rudy Camacho ou Jukka Raitala. Sur les flancs, Bacary Sagna va encore mettre son expérience au service de l’équipe et le jeune Zachary Brault-Guillard a démontré qu’il pouvait prendre la relève. À gauche, Daniel Lovitz a fait sa place alors que Raitala, qui peut aussi jouer au centre, peut le relever sans problème. Une brigade solide.


Milieu

Mathieu Choinière
Photo d'archives, Agence QMI
Mathieu Choinière

En milieu de terrain, on va surtout faire confiance à Samuel Piette et Micheal Azira dans le secteur défensif. Le premier est un véritable pitbull qui aime récupérer des balles et relancer alors que le second est un travailleur de l’ombre qui s’acquitte toujours très bien de toutes les petites tâches. Mais les jeunes poussent derrière. Ken Krolicki (blessé pour le moment) et Shamit Shome ont du volume pendant que dans un secteur un peu plus offensif, Clément Bayiha a démontré de belles choses. Mais il faudra surtout garder un œil sur Mathieu Choinière qui a été épatant en présaison. C’est une vraie pépite, ce jeune homme.


Attaque

Ignacio Piatti
Photo d'archives, Agence QMI
Ignacio Piatti

Rémi Garde va principalement déployer une formation 4-3-3, alors il faut s’intéresser au trident formé d’Ignacio Piatti, Maximiliano Urruti et Harry Novillo. Le premier n’a plus besoin de présentation et le second risque de très bien le compléter avec son gros volume de jeu et sa présence dérangeante dans la surface adverse. Urruti se démène comme un diable en plus d’être agile avec le ballon et d’être un bon passeur. Quant à Novillo, il a un talent évident et il pourrait être une belle surprise. On a aussi vu un Anthony Jackson-Hamel transformé cet hiver, plus volontaire, plus impliqué, ce qui pourrait être un atout non négligeable considérant le calendrier comprimé. Si tout tombe en place, cette équipe marquera plus de buts que l’an passé.