/opinion/blogs/columnists
Navigation

«Le Québec n'est pas un pays! On n'est pas dans un pays laïc ici!»

Méfiez-vous de ceux qui tentent de poser le multiculturalisme au dessus de toute critique...

«Le Québec n'est pas un pays! On n'est pas dans un pays laïc ici!»

Coup d'oeil sur cet article

Le débat sur la laïcité risque bien de rappeler aux Québécois les limites de leur capacité de se gouverner eux-mêmes au sein de la fédération canadienne.   

La majorité très claire des Québécoises et des Québécois appuie le gouvernement dûment élu de François Legault afin que celui-ci légifère sur la laïcité, le PM a toute la légitimité démocratique pour passer à l’action.  

Toutefois, choisir la laïcité, même si c’est la volonté démocratique légitime du Québec, ne se fera pas sans heurts. Pourquoi?   

Car opter pour la laïcité des institutions au Québec c’est poser un geste de rupture d’avec le Canada. Un geste de rupture qui, pour certains «résidents» du Québec, est tout simplement intolérable.   

Il s’agit là d’une réalité qu’on préfère ne pas trop évoquer, mais il y a, au Québec, une part non négligeable de gens qui ne se considèrent tout simplement pas comme «Québécois».   

Des gens qui sont «Canadiens» avant tout et qui, placé devant les choix de la majorité démocratique des Québécois, quand cela leur est intolérable, se croiront légitimés dans leur refus d’obtempérer aux résultats de ces choix démocratiques.   

«Le Québec n’est pas un pays»  

Le 3 avril dernier, Denis Lévesque recevait deux étudiantes en enseignement qui portent le voile et qui avaient accepté d’expliquer leur opposition au projet de loi 21. Chahira Battou, l’une de ces deux étudiantes, a particulièrement fait jaser à la suite aux propos qu’elle a tenus dans le cadre de cette discussion.  

Quand l’animateur lui a demandé si elle considèrerait l’option de revoir son choix de carrière dans l’éventualité où le Québec adoptait le projet de loi 21, Chahira Battou a réponde ce qui suit, à partir de 13 : 22 dans la vidéo (l’animateur précisant que cette dernière avait aussi fait des études en médecine en France) :   

«Le Québec c’est pas un pays. Donc on est au Canada, le Canada est immense, on peut aller n’importe où pour travailler. Il y a des députés, des maires de d’autres provinces qui appellent les personnes qualifiées comme nous à venir travailler dans leur province, car ils ont une ouverture d’esprit bien plus grande que celle d’ici, au Québec .   

Il y a le English School Board of Montreal qui ont dit qu’il n’allait pas appliquer la loi, moi ça ne me dérange pas d’aller travailler dans un secteur anglais, je suis bilingue, donc tant que je serai à Montréal, moi c’est sûr que je ne respecterai pas la loi et que je n’appliquerai pas la loi. Donc je n’enlèverai jamais mon voile pour enseigner, et comme vous l’avez mentionné, j’ai étudié en médecine, et j’ai étudié un an en France en médecine, et la raison pour laquelle je suis revenue au Québec, c’est parce que les stages, fallait que j’enlève mon voile, parce que c’est un pays laïc. Mais on n’est pas dans un pays laïc ici .»  

Voilà qui a le mérite d’être clair. Le Québec n’est pas un pays, le Canada est le pays et ce Canada n’est pas laïc. Au Canada, l’organisation de la société obéit aux préceptes (ou au dogme) du multiculturalisme où les droits individuels priment et où toute forme de laïcité est inapplicable.   

Voilà qui jette aussi un pavé dans la marre de l’explication de la gauche multiculturaliste selon laquelle « les institutions sont laïques, mais pas les individus ». À ce stade-ci du débat, les opposants à la laïcité ne s’enfargent plus dans les fleurs du tapis. Et cette étudiante l’explique de manière éclairante.  

La discussion conduite par Denis Lévesque permet aux deux étudiantes de réitérer à maintes reprises «qu’elles ne devraient pas à avoir à choisir entre leur identité religieuse et la profession qu’elles veulent exercer».   

Nous sommes ici en plein cœur du débat identitaire. Si l’on aime taxer ceux qui appuient la laïcité de «repli identitaire» et de «fermeture d’esprit», ce que l’on dit moins c’est que l’argumentaire de ces étudiantes –et par extension de ceux qui tiennent tant au multiculturalisme – c’est qu’il y a ici une forme d’obsession identitaire très radicale.  

En effet, «obsession identitaire», «repli identitaire»... la même rengaine. On omet une donnée essentielle; n'y a-t-il rien de plus «obsessionnellement identitaire» que de conditionner TOUS ses rapports à autrui, de cadenasser ses liens à l'ensemble de la société, qu'en seule fonction de son identité religieuse?   

Tout de cette discussion, de l’argumentaire avancé par ces deux étudiantes, se conjugue à l’obsession de l’identité religieuse.   

Ça, et ce poncif sans cesse répété que le foulard islamique n’est qu’un bout de tissu, qu’une manière de vêtir comme une autre. Pour forcer son acception dans l’univers institutionnel, il est impératif d’en banaliser la symbolique, voire même de la nier.   

L’organisateur de la manifestation anti-laïcité de Montréal en fin de semaine dernière serait en désaccord...   

Les ténors du Canada en renfort...  

Ceux qui, à l’instar de ces deux étudiantes, se battront contre le projet de loi 21 pourront compter sur l’arsenal complet de défense du multiculturalisme. Grands médias, politiciens, ténors de l’opinion publique, diffuseur national dévoué à temps plein à la promotion du multiculturalisme...  

Plusieurs voix issues de la bien-pensance montréalaise et de la gauche multiculturaliste marcheront aux côtés des ténors du Canada (et, on l’a vu en fin de semaine, avec plusieurs fondamentalistes religieux).   

François Legault aura à affronter un vent de face. Du genre «ouragan de catégorie 5 en direction du Québec». Rien ne sera épargné pour tenter de discréditer le projet de loi 21, le principe de la laïcité en général et ceux qui l’appuient.   

Le premier ministre du Québec a de quoi tenir le fort par contre. Il a l’appui de l’écrasante majorité des francophones, d’une part non négligeable des Québécois d’expression anglaise (plus de 40%, certains disent même tout près de la moitié des anglophones) et aussi de plusieurs Québécoises et de Québécois de confession musulmane.  

«Le Québec n'est pas un pays! On n'est pas dans un pays laïc ici!»
Le Journal de Québec

Le Québec s’apprête à poser un geste historique. Le parti de François Legault a clairement établi en campagne électorale qui légifèrerait en matière de laïcité; il a présenté son option à l’électorat, il a été élu démocratiquement. Il jouit de toute la légitimité pour aller de l’avant.  

Pour tenter de bloquer ce geste de rupture d’avec le multiculturalisme canadien – le socle de la « non-identité» post-nationale du Canada – on tentera même de discréditer le processus démocratique s’il le faut. Pour « sauver l’pays», c’est ce qui s’est passé en 1995.   

Ne doutons pas un instant que pour les ténors du Canada, ce qui se joue au Québec en ce moment est de la même ampleur. De la même importance.   

Car «le Québec n’est pas un pays» n’est-ce pas. De quel droit poserait-il un geste aussi radical que celui d’affirmer sa préférence pour la laïcité! De quel droit oserait-il rompre d’avec le multiculturalisme!   

Le multiculturalisme est une idéologie comme une autre. Méfiez-vous de ceux qui tentent de la poser au dessus de toute critique. Par les accusations systémiques de «racisme » envers ceux qui choisissent, légitimement, militent pour la remplacer par une autre façon d’organiser le vivre-ensemble.  

Il n’y a rien de «raciste», ni de «xénophobe» à choisir la laïcité.