/opinion/blogs/columnists
Navigation

Réseaux sociaux: formidable outil de propagande

Se servir de quelques commentaires sur les réseaux sociaux pour attaquer l'ensemble de ceux qui appuient la laïcité? Minable.

Réseaux sociaux: formidable outil de propagande

Coup d'oeil sur cet article

Il est bon ton pour certaines figures publiques d’étayer leur indignation quand cela sert à mousser leurs préférences idéologiques...   

Commentaires stupides, intolérables, sur Facebook à propos du voile? Indignation totale. Et méritée.   

Croix gammées à rallonge, «nettoyage ethnique», référence à Hitler pour attaquer les laïcistes... Indignation polie, s’il y en a. Dans le cas du maire de Hampstead, par exemple. On ne pouvait passer à côté.   

Au cours des dernières heures, un montage circule beaucoup sur les réseaux sociaux. On en voit de plus en plus d’ailleurs de ces montages du type collage de commentaires injurieux.    

Comme ce montage, en une du texte ici, suite au passage de deux enseignantes musulmanes à l’émission de Denis Lévesque.     

Comprenons-nous bien; tout de ces commentaires est à vomir. Et il est absolument irréfutable que l’expression de ce type de mépris existe. Les réseaux sociaux ont décloisonné ce mépris et permis que celui-ci soit montré, froidement, à la face du monde.   

Et c’est laid. Très laid.   

Toutefois, quand une personnalité publique use d’un tel montage pour attaquer, plus largement, le principe de laïcité, là, je décroche. Surtout quand il n’y a qu’un pas à franchir dans l’amalgame grossier selon lequel ces commentaires idiots seraient représentatifs de l’ensemble de ceux qui appuient la volonté de légiférer dans le sens de la laïcité institutionnelle.   

Car c’est bien de cela qu’il s’agit. On ne le dira pas ainsi, mais c’est bien ce que l’on veut insinuer... «Voyez la bande dé décérébré qui sont pour le projet de loi 21... Hein! Hein!»   

Message à Safia Nolin : l'expression décomplexée de la haine et du mépris existait bien avant le dépôt du projet de loi 21. Le «racisme ambiant» dont tu parles est un concept à géométrie variable. Et participe d'une radicalisation des discours. De tous types. Comme, mettons, laisser entendre que des chroniqueurs d'opinion peuvent inciter des fêlés du bocal à «commettre des meurtres».   

Réseaux sociaux: formidable outil de propagande
Photo courtoisie

Oui, il y a des imbéciles qui déjectent leur haine raciste sur les réseaux sociaux. Et oui, il y a d'autre idiots qui se balladent avec des pancartes avec des croix gammées dessus ou des slogans qui accusent, sans discernement aucun, tous les Québécoises et Québécois d'être «racistes» par le seul fait qu'ils appuient, légitimement, le principe de la laïcité.  

Je l’écrivais récemment, il ne faut jamais perdre de vue que les réseaux sociaux, tout utiles puissent-ils être en certaines circonstances, sont aussi un désagréable déversoir de haine et de mépris.    

L’expression décomplexée du mépris  

Au jeu du montage de la bêtise érigé en mèmes à partager sur les réseaux sociaux, on arrivera à dire n’importe quoi.    

C’est pourquoi je me demande elle était où, cette bien-pensance, pour s’indigner du déferlement de haine et de mépris, quand certaines figures politiques marquantes du Québec ont été attaquées, sans ménagement. Ou quand le Canada anglais s’est fendu d’insultes envers le Québec à propos de la péréquation ou de son refus d’embarquer dans la folie des oléoducs de milliers de kilomètres pour pomper le bitume albertain.   

Et ce, à plusieurs occasions.    

 

Sans égard aux inclinaisons politiques, la contribution de Jacques Parizeau et de Louise Harel à l’édification du Québec moderne est indéniable. Pourtant, quand il a été question de ces deux politiciens dans les médias anglophones, rien n’a empêché un torrent de commentaires haineux et disgracieux.    

Dans le cas de l’ex-premier ministre, le jour de l’annonce de son décès.   

Me viendrait-il à l’idée de considérer que l’ensemble de nos concitoyens d’expression anglaise doit être jugé à l’aune de ce déferlement de mépris? Bien sûr que non.    

Par contre, faut avoir l’esprit solide pour naviguer dans cette mer nauséabonde des commentaires de grands médias anglophones s’il est question du nationalisme québécois ou de la volonté de l’expression du caractère distinct du Québec... Très souvent, ça ne vole pas haut.    

Les réseaux sociaux auront permis – et c’est là un des aspects les plus nauséabonds de leur émergence – l’expression décomplexée des pires abominations.    

Les réseaux sociaux – formidable outil de propagande  

Aussi, ne jamais perdre de vue que ceux-ci sont un formidable outil de propagande. Sans tomber dans les théories du complot, cette réalité a maintes fois été démontrée; certains se servent des réseaux sociaux pour influencer l’opinion publique.    

Ainsi, si certains ont intérêt à faire croire qu’un «mouvement» existerait pour contester, par exemple, la gestion faite par le gouvernement des 18 000 dossiers d’immigration, pourquoi ne pas fomenter ce «mouvement» de toute pièce?   

L’équipe d’enquête du Journal a récemment mis à jour une ruse de ce type en pointant vers des centaines de faux-comptes sur les réseaux sociaux, lesquels, créés à peu près tous en même temps, avaient en commun d’être actifs exclusivement en fonction d’un message, dénoncer la gestion de la CAQ des 18 000 dossiers d’immigration en suspens.   

Quand il est question des réseaux sociaux, la prudence est toujours de mise.