/opinion/blogs/columnists
Navigation

La laïcité, le tombeau de la gauche au Québec?

Oui la question de la laïcité divise profondément la «gauche» au Québec...

Manon Massé
Photo Agence QMI, MARIO BEAUREGARD Manon Massé

Coup d'oeil sur cet article

C’est une drôle d’époque quand même celle où le combat mené par le couple Raïf Badawi et Ensaf Haidar se trouve conspué par la «gauche», et appuyé, salué, par la «droite».   

Ensaf Haidar est devenue une figure publique au Québec. Conjointe de l’auteur et blogueur Raïf Badawi, elle poursuit son inlassable combat pour que son mari retrouve la liberté; ce dernier croupissant dans les geôles des barbares Saoudiens pour délit d’opinion.         

Ensaf Haidar
Photo Éliane Thibault
Ensaf Haidar

Jouissant d’un capital de sympathie indéniable, Ensaf Haidar a posé et rencontré des personnalités et des politiciens de toutes inclinaisons politiques. Elle a choisi de s’établir au Québec, dans la région de Sherbrooke.       

Ne craignant plus de représailles pour le simple fait d’exprimer ses opinions ou de parler de son passé, celle-ci ne se gêne plus pour prendre position quand il est question de signes religieux, de laïcité.        

Ce ne sont pas tous les politiciens qui apprécieront les publications des dernières semaines d'Ensaf Haidar sur les réseaux sociaux.       

Certains au Québec tentent par tous les moyens de faire qu’une définition très militante du concept (critiqué) de l’islamophobie soit le barème à partir duquel se tiennent toutes discussions concernant l’islam. Dans les faits, ce que ceux-ci espèrent, c’est que l’on encadre le plus possible toute critique de l’islam, de ses symboles, de sa place dans l’espace sociétal.      

D’autres, comme Ensaf Haidar, dénoncent avec véhémence l’instrumentalisation de ce concept, selon eux fallacieux, qu’est «l’islamophobie», qu’ils voient comme un moyen de contraindre toute critique de l’islam, de son vecteur militant et plus radical surtout, l’islamisme politique, radical.       

Aussi, Ensaf Haidar prend position dans le débat sur la laïcité au Québec, à l’instar d’autres femmes musulmanes comme Nadia El-Mabrouk ou Djemila Benhabib. Et au cours des dernières semaines, la conjointe de Raïf Badawi a offert un appui sans équivoque au PM du Québec, François Legault, concernant le projet de laïcité à venir.      

Ensaf Haidar a aussi félicité la ministre Isabelle Charest pour son courage d’avoir nommé – non sans tempérer un peu ses propos ensuite – ce que représente le voile islamique, sa symbolique puissante.       

La laïcité – au cœur des discussions chez Québec solidaire  

Au même moment, la «gauche» québécoise – une partie du moins – se rassemblait afin de discuter de laïcité, de signes religieux, de stratégie politique aussi. Car cette question divise profondément le parti de gauche au Québec.       

Et ce n’est certainement pas la prose orwellienne de Manon Massé au terme de cette journée de discussion qui rassurera les troupes...       

Dans le cadre «d’ateliers sur la laïcité», Québec solidaire a invité «d’excellent.es panélistes» non pas pour débattre et présenter des points de vue différents sur la question, manifestement pas.       

Pour ça, il eut fallu que parmi les panélistes, on invite des gens dont on sait qu’ils sont des laïcistes de gauche, des défenseurs de l’affirmation de la laïcité au sein des institutions publiques. Pas l’ombre d’une Nadia El-Mabrouk parmi les panélistes, loin de là.       

On a plutôt l’impression que cette «discussion sur la laïcité» visait à convaincre les partisans qsistes de l’interdiction des signes religieux au sein de la fonction publique de se rallier à la proposition de «laïcité ouverte», concept antinomique selon lequel l’État serait laïc, mais les individus libres de porter des signes religieux.       

Comme l’a rapporté la journaliste Vicky Fragasso-Marquis, les Charles Taylor, Lucie Lamarche (de la Ligue des droits et libertés) et autres panélistes ont tous plaidé contre l’interdiction des signes religieux pour les enseignants, sinon contre toute interdiction de porter des signes religieux par quelconque employé de l’État que ce soit.      

«Parler d’autre chose...»  

Au cours des dernières heures, j’ai discuté avec une ex-candidate de Québec solidaire, une personne que je respecte beaucoup. Il m’importait de savoir ce qu’elle pensait de tout ça.      

Elle a insisté pour ne pas être nommée. Aussi pour dire qu’elle ne remettait pas en cause son adhésion au parti.       

Toutefois, elle n’a pas participé activement à la «journée de discussion sur la laïcité». Elle aurait préféré que le parti débatte, qu’on vide la question une fois pour toutes. Je lui ai fait remarquer que le parti aurait pu inviter une femme comme Nadia El-Mabrouk ou Leila Lesbet par exemple. Ce à quoi elle m’a répondu:       

«On a déjà été un parti de débats, de discussions intenses. Mais j’ai l’impression que le parti ne cherche qu’à établir un consensus sans aller complètement au bout de ce débat-là.»      

Aussi, nous avons discuté du schisme évident qui se cristallise entre Montréal et le Rest of Québec. Un abysse qui fera mal à sa formation politique, elle ne le nie pas:      

«Il nous faudrait parler d’autre chose, d’environnement, de la condition féminine et des inégalités sociales qui se creusent. Mais il y a au Québec, mais aussi dans notre parti, des gens pour qui CETTE QUESTION-LÀ est des plus importantes; voire le moteur de leur implication en politique. Deux personnes peuvent être de gauche fondamentalement, mais ne jamais s’entendre sur la question de la laïcité. Alors, on fait quoi?»      

On parle d’autre chose lui ai-je répondu.       

Manon Massé
Photo courtoisie

Et quand je lui ai fait remarquer que c’était quand même spécial que le couple Badawi-Haidar soit persona non grata au sein du parti de «gauche» au Québec, elle a protesté.       

Je lui ai fait remarquer les prises de position de Ensaf Haidar, en lui rappelant que celle-ci n’aurait pas eu sa place en fin de semaine pour la «discussion sur la laïcité»...      

«On peut-tu parler d’autre chose!»      

Son ton mi-blagueur trahissait son exaspération. Et laissez-moi vous dire qu’elle n’est pas la seule au sein de ce parti à espérer que l’on passe à autre chose.