/news/education
Navigation

Nouveau palmarès des cégeps du Journal: les anglos sont meilleurs

Vous y trouverez des données inédites sur la diplomation au collégial

Coup d'oeil sur cet article

Les cégeps anglophones trônent en tête d’un tout nouveau classement réalisé par Le Journal à partir de données inédites sur la diplomation dans les cégeps, qui révèle de grands écarts entre les établissements. Le palmarès des cégeps – qui sera publié en totalité samedi dans un cahier spécial – présente les taux de diplomation de chaque cégep dans les trois programmes préuniversitaires les plus répandus et les dix techniques qui comptent le plus grand nombre d’inscriptions.  

• À lire aussi: Tout a commencé avec l’idée d’un lecteur...  

La comparaison est basée sur les taux de diplomation des cinq dernières cohortes, pondérée selon le nombre d’étudiants. Pour chacun des cégeps, la moyenne au secondaire des étudiants admis ainsi que la proportion d’étudiants à besoins particuliers sont précisés.  

  • L'éditeur du Journal de Québec, Sébastien Ménard, discute du palmarès des cégeps avec Richard Martineau à QUB radio  

Puisque les cégeps n’offrent pas tous les mêmes formations, des classements distincts sont présentés pour chacun des programmes sélectionnés.            

La diffusion de ces données, rendues publiques pour la toute première fois, est «fondamentale», affirme Michel Perron, professeur retraité de l’Université du Québec à Chicoutimi et du cégep de Jonquière.

Tout comme la Fédération des cégeps, cet expert réclame un vaste chantier visant à faire augmenter le taux de diplomation au cégep, qui stagne autour de 64% depuis des années.            

Or pour donner un coup de barre, il faut d’abord mieux cerner les enjeux et les disparités entourant la réussite au collégial, affirme M. Perron. La publication de ces données par Le Journal représente «un point de départ», selon cet expert.          

   

  • Michel Perron, professeur retraité de l'Université du Québec à Chicoutimi, était à Dutrizac sur QUB radio:   

  

Les anglophones en tête  

Ce classement, basé sur les données du ministère de l’Éducation, permet de constater que les cégeps anglophones occupent les premiers rangs de plusieurs programmes, notamment en sciences de la nature et en sciences humaines.            

Le tiers des cégeps qui figurent dans les «top 3» présentés ci-contre sont des établissements anglophones, alors que ces derniers ne comptent que pour 13% de tous les collèges publics au Québec.            

Ce constat n’étonne pas Michel Perron, qui rappelle que le taux de diplomation au secondaire est aussi plus élevé chez les anglophones que les francophones.            

La communauté «tissée serrée» et l’importance accordée à l’école peuvent expliquer le succès des anglophones tant à l’école secondaire qu’au cégep, souligne-t-il.            

«Le premier facteur qui permet de prédire la diplomation au collégial, ce sont les résultats des étudiants à l’école secondaire», précise M. Perron.            

Plusieurs cégeps qui se retrouvent en tête des classements accueillent des étudiants qui ont une moyenne générale forte au secondaire.            

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les régions qui se retrouvent en tête pour leur taux de diplomation au secondaire arrivent aussi dans les premiers rangs pour la diplomation au collégial. L’inverse est aussi vrai, souligne cet expert, qui rappelle que le taux de diplomation «est loin de dépendre seulement de ce qui se passe dans le collège».            

Des propos appuyés par Simon Larose, professeur à la Faculté des sciences de l’Éducation de l’Université Laval, qui tient à souligner les limites d’un tel exercice basé uniquement sur le taux de diplomation.            

Des écarts importants  

Ces classements permettent par ailleurs de révéler des écarts importants de taux de diplomation entre les cégeps pour un même programme.            

En sciences humaines par exemple, le collège Dawson parvient à diplômer 74,5% de ses étudiants alors que le cégep de Rosemont ne parvient qu’à en diplômer 30%.            

Le fossé entre cégeps est aussi très grand dans le secteur technique : par exemple, dans le programme en gestion de commerce, le cégep de Sainte-Foy diplôme 70,8% de ses étudiants comparé à 15,2% pour le cégep André-Laurendeau.            

«Les écarts sont vraiment énormes, c’est frappant», lance Michel Perron.            

De son côté, Simon Larose rappelle que le profil des étudiants admis au collégial «varie considérablement d’un cégep à l’autre», en fonction de la sélection à l’entrée, ce qui peut expliquer en bonne partie ces écarts (à lire demain).            

De son côté, la Fédération des cégeps refuse de cautionner l’exercice puisque ce classement basé sur le taux de diplomation ne permet pas de mettre en lumière «l’effet cégep», c’est-à-dire l’impact de l’enseignement, des mesures de soutien ou du milieu de vie d’un collège sur le parcours d’un étudiant.            

Le son de cloche est semblable à la Fédération nationale des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), qui représente 85% des profs de cégep de la province.            

Certains craignent par ailleurs que la publication d’un tel palmarès n’accentue encore davantage les écarts qui existent d’un cégep à l’autre. D’autres espèrent plutôt qu’il permettra de braquer les projecteurs sur les défis entourant la réussite au collégial, pour mieux s’y attaquer.            

DES CHIFFRES QUI PARLENT   

  • 52 cégeps publics (incluant les campus régionaux)  
  • 175 000 étudiants  
  • 142 programmes préuniversitaires et techniques  
  • 34,6% des étudiants obtiennent leur diplôme dans les délais prévus  
  • 63,8% obtiennent leur diplôme deux ans après les délais prévus   

LE TOP 3 DES CÉGEPS  

Pour chacun des trois programmes préuniversitaires et des dix programmes techniques qui comptent le plus d’inscriptions, voici la liste des trois cégeps où la diplomation est la plus élevée. Les établissements sont classés selon le taux de diplomation moyen des cinq dernières cohortes d’étudiants. Le taux de diplomation est calculé deux ans après la durée prévue des études, soit après quatre ans pour un programme préuniversitaire et après cinq ans pour un programme technique.
  

PROGRAMMES TECHNIQUES  

Soins infirmiers  

1. Champlain Regional College – campus Saint-Lambert (anglophone) Saint-Lambert 80,0*            

2. de La Pocatière La Pocatière 79,4            

3. de Sherbrooke Sherbrooke 79,1            

  

Éducation spécialisée  

1. de Sainte-Foy Québec 76,9            

2. de Rimouski Rimouski 74,8            

3. de Victoriaville** Victoriaville 69,6            

  

Gestion de commerces  

1. de Sainte-Foy Québec 70,8            

2. de Rimouski Rimouski 64,9            

3. Dawson (anglophone) Westmount 64,6            

  

Éducation à l’enfance  

1. de Sainte-Foy Québec 68,9            

2. de Rivière-du-Loup Rivière-du-Loup 68,7            

3. Beauce-Appalaches Saint-Georges 66,4            

  

Techniques policières  

1. de Maisonneuve Montréal 90,7            

2. de Trois-Rivières Trois-Rivières 90,2            

3. Garneau Québec 89,3            

  

Informatique  

1. Champlain Regional College – campus Saint-Lambert (anglophone) Saint-Lambert 70,8            

2. Heritage College (anglophone) Gatineau 68,8*            

3. de Chicoutimi Saguenay 67,9            

  

Génie mécanique  

1. de Rimouski Rimouski 86,8*            

2. Dawson (anglophone) Westmount 74,4            

3. de Saint-Laurent Montréal 73,9            

  

Comptabilité et gestion  

1. de Rivière-du-Loup Rivière-du-Loup 78,1            

2. de Jonquière Jonquière 77,6            

3. de Trois-Rivières Trois-Rivières 76,6            

  

Génie civil  

1. Limoilou Québec 80,7            

2. de l’Outaouais Gatineau 78,0            

3. régional de Lanaudière à Joliette Joliette 76,4            

  

Travail social  

1. de Rimouski Rimouski 72,7            

2. de Sainte-Foy Québec 68,1            

3. de Trois-Rivières Trois-Rivières 66,4            

* Ces données doivent être interprétées avec prudence en raison du faible nombre d’inscriptions (moins de 50 nouveaux étudiants en cinq ans).  

** Deux cohortes disponibles pour ce programme plutôt que cinq.  

PROGRAMMES PRÉUNIVERSITAIRES  

Sciences humaines  

1. Dawson (anglophone) Westmount 74,5            

2. Champlain Regional College – campus Saint-Lawrence (anglophone) Québec 73,0            

3. Champlain Regional College – campus Saint-Lambert (anglophone) Saint-Lambert 72,2            

  

Sciences de la nature  

1. Dawson (anglophone) Westmount 92,3            

2. Champlain Regional College – campus Saint-Lambert (anglophone) Saint-Lambert 91,0            

2. John Abbott (anglophone) Sainte-Anne-de-Bellevue 91,0            

  

Arts, lettres et communication  

1. de La Pocatière La Pocatière 75,0            

2. de Rivière-du-Loup Rivière-du-Loup 74,7            

3. Champlain Regional College – campus Saint-Lawrence (anglophone) Québec 74,0