/qubradio
Navigation

Raphaël Lavoie : «Ce qui me bogue, c’est le spin négatif autour de lui» - Jean-Charles Lajoie

Journaliste
HalifaxMooseheads.ca

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien de Montréal devrait sérieusement considérer l’attaquant Raphaël Lavoie lorsqu’il sélectionnera au 15e échelon du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey. 

C’est du moins ce que souhaite l’animateur de la chaîne TVA Sports Jean-Charles Lajoie. 

«Il a une qualité indéniable : il score des buts», affirme JiC d’entrée de jeu. 

Un ailier droit de 6 pi 4 po et tout près de 200 lb, Lavoie est l’un des meilleurs espoirs de la province en vue de la prochaine séance de sélection de la LNH qui se tiendra à Vancouver les 21 et 22 juin prochains. 

«On n’accorde pas le respect aux scoreurs de buts parce qu’on a l’impression que c’est tout ce qu’ils savent faire. Je m’en fous-tu moi que c’est tout ce qu’il sait faire. Si c’est tout ce qu’il sait faire, ben ça t’en prend un», mentionne Lajoie en analysant le travail du patineur originaire de Chambly. 

Un problème d’attitude? 

Même si Lavoie possède de nombreux atouts lui permettant d’être un joueur dominant offensivement, on lui reproche souvent son manque de constance. 

Une critique exagérée selon Jean-Charles Lajoie.  

«On dit souvent de ces gars-là qu’ils manquent de régularité, qu’ils sont inconstants parce qu’ils ne marquent pas un but et demi par match». 

Est-ce en raison d’un problème d’attitude chez Lavoie? 

«On dit parfois qu’il a un problème d’attitude. Évidemment, le lien est facile à faire, il est le fils de l’ex-maire de Chambly, dont la ville a été mise sous tutelle par le gouvernement du Québec, confie Lajoie. 

«Malgré ça, est-ce que ç’a quelque chose à voir avec le fils? Est-ce que ç’a quelque chose à voir avec la situation du garçon qui a à peine 18 ans à l’heure où on se parle?» 

Comparé à Louis Leblanc 

La dernière fois que le Tricolore a sélectionné un Québécois avec son choix de premier tour, c’était Louis Leblanc en 2009. Plusieurs mentionnent la fin de carrière en queue de poisson de Leblanc pour rejeter la possibilité que le CH sélectionne Lavoie au 15e rang. 

Pour JiC, il s’agit d’un «spin négatif» qui n’est pas justifié. 

«Ce qui me bogue dans le cas de ce garçon-là, c’est le spin négatif autour de lui. Cette façon qu’on les pseudo-experts, les pseudo-analystes et autres pseudo-blogueurs sur la toile de le dépeindre comme s’ils avaient une mission de construire un spin négatif autour de lui pour protéger le fait que le Canadien ne va pas le réclamer ou pour dire “ben comme il s’appelle Raphaël Lavoie et qu’il est de Chambly, il ne peut pas être aussi bon que tel Suédois, que tel Finlandais ou que tel petit gars qui est dans les collèges américains”.  

«À la fin, je trouve ça lassant. Chaque fois que tu argumentes avec l’un de ceux-là, tu te retrouves face à l’argument ultime, l’argument massue de la réclamation de Louis Leblanc par le Canadien», déplore Lajoie.  

  • ÉCOUTEZ la chronique complète de JiC à l'émission Dutrizac de 6 à 9 sur QUB radio, ici :  

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions