/misc
Navigation

Signes religieux: Legault osera-t-il serrer la vis aux Anglos?

Le premier ministre du Québec, François Legault, et le président français, Emmanuel Macron
Photo d'archives, Philippe Orfali Le premier ministre du Québec, François Legault, et le président français, Emmanuel Macron

Coup d'oeil sur cet article

René Lévesque a déjà comparé les Anglais du Québec, à ceux de la Rhodésie du temps béni des colonies. S’il revenait aujourd’hui, il constaterait que la mentalité n’a pas changé.  

De nombreuses villes anglophones ont prévenu qu’elles allaient défier la loi 21 votée par l’Assemblée nationale. C’est le merci des Anglos à François Legault et à la CAQ qui leur ont pourtant sauvé la mise en 2013. Rappelez-vous. À cause de l’opposition des caquistes, le projet de loi 14 visant à renforcer l'usage du français a été passé à la déchiqueteuse.   

La CAQ s'opposait à ce que le gouvernement puisse retirer aux villes qui comptent moins de 50 % de résidants anglophones leur statut bilingue. Elle refusait qu’on étende l’application de la loi 101 aux entreprises de 26 à 49 employés. Enfin la CAQ ne voulait pas que le gouvernement restreigne l'admission des francophones dans les cégeps anglophones.   

La ministre péquiste responsable du dossier, Diane De Courcy, a préféré saborder le projet de loi plutôt que de l’édulcorer complètement pour satisfaire les caquistes. Une entente avec la CAQ était nécessaire puisque le parti des Anglais, le Parti libéral du Québec, s'y opposait en bloc. Je me souviens d’ailleurs du triste spectacle des trois pathétiques candidats au leadership libéral qui criaient haut et fort leur opposition au projet de loi 14 pour bien étaler leur complète soumission aux anglais.   

Et voici maintenant que les Anglais font un bras d’honneur à Legault et la CAQ. Ça devrait être l’occasion pour le gouvernement de reconsidérer les privilèges dont jouit la minorité dominante au Québec. Je pense aux municipalités qui ont le statut bilingue. Oui, justement, ces villes qui ont l’intention de défier la loi sur la laïcité. Chut! N’allez pas répéter cela, mais plusieurs d’entre elles ne méritent plus le statut de villes bilingues parce qu’elles ne sont plus majoritairement anglophones. Ça serait une excellente occasion pour le gouvernement Legault de montrer que contrairement aux libéraux, il n’est pas au service des Anglais. Il devrait publier les chiffres les plus récents concernant ces municipalités bilingues. Et appliquer la loi dans le cas de celles qui ne sont plus majoritairement anglophones. Un point c’est tout.   

Combien de fois dans notre histoire, au sujet des minorités francophones à l’extérieur du Québec, s’est-on fait servir que l’usage du français n’était requis que «where numbers warrant»? Pour une fois, la loi du nombre n’est pas du côté des Anglos.   

On le sait, beaucoup de nos Anglais sont partitionnistes. Pensez au psychodrame des fusions municipales et des défusions pilotées par les libéraux, qui ont suivi. Les Anglais du Québec veulent vivre en ghetto dans leurs propres municipalités et, si jamais une improbable indépendance du Québec se réalisait, ils envisagent de les transformer par partition en entités «canadians» au sein du nouveau pays.   

Dans les débats entourant le référendum de 1995, Diane Francis, alors responsable des pages financières du National Post, l’une des ennemies les plus odieuses du Québec, a déjà réclamé que le Canada anglais traite les Québécois comme Israël traite les Palestiniens, que le Québec soit partitionné comme la Cisjordanie.   

Je note aussi que l’une des attaques les plus virulentes contre la «Loi Legault» est due à William Steinberg, le maire d’Hampstead qui l’a qualifié de «nettoyage ethnique».   

Je termine avec une autre suggestion à François Legault. Il semble avoir d’excellentes relations avec Emmanuel Macron. Pourquoi ne pas demander au président français d’appuyer publiquement sa loi sur la laïcité. Il y rappellerait que la France et plusieurs autres pays de l’Union européenne ont de telles lois qui sont même parfois plus contraignantes et d’application plus vaste. Sinon, il faudra conclure que Macron est un partisan du multiculturalisme à la Justin Trudeau. Et un hypocrite.