/sports/tennis
Navigation

Tennis: Histoires de famille pour les Williams

SPO-TEN-GSE-WTA-2018-US-OPEN---DAY-5
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Serena Williams et Venus Williams face à face à Rome comme en quarts de finale il y a... 21 ans ! Les deux Américaines se retrouveront en effet au 2e tour après s’être qualifiées lundi de façon très différente.  

Près de deux mois après son dernier match en compétition, c’est d’abord Serena qui a retrouvé la victoire lundi sur le Central de Rome, sa ville préférée, dont elle profite en famille depuis son arrivée mercredi.   

« Je n’ai pas joué une tonne de matches, cette saison. Pas par choix, mais par force. Alors ça fait du bien. Je voulais vraiment, terriblement, être sur le circuit et jouer », a déclaré l’Américaine après sa victoire 6-4, 6-2 face à la Suédoise Rebecca Peterson, 64e joueuse mondiale et sortie des qualifications.  

Curieusement, Peterson était justement la dernière joueuse battue par Williams, au 2e tour du tournoi de Miami le 23 mars, avant de devoir de nouveau s’arrêter, touchée au genou gauche, quelques semaines après un premier stop dû à un virus contracté à Indian Wells.  

Malgré son manque de matches, Serena Williams (37 ans, 11e mondiale) n’a pas eu besoin de beaucoup forcer pour battre Peterson, mais une avalanche de fautes directes au premier set (22 en tout) a montré qu’il y avait encore du travail.  

« Je n’ai pas pu m’entraîner autant que je l’aurais voulu. J’ai été blessée plus longtemps que ce j’imaginais. Mais j’adore la saison sur terre et je voulais y être. J’ai vraiment fait le maximum et me voilà », a expliqué Williams, qui a également raconté les sacrifices nécessaires pour rester en forme dans ces conditions. 

Serena Williams
AFP
Serena Williams

 

Venus Williams
AFP
Venus Williams

Fontaine de Trevi  

En gros, j’étais au régime. C’était terrible. C’est compliqué quand vous êtes immobilisés. En gros ça veut dire que vous devez manger de l’herbe. C’est ce que j’ai fait, un cauchemar», a-t-elle raconté.  

À Rome, une ville qu’elle adore, l’Américaine peut au moins profiter des pâtes, qu’elle fait découvrir à sa fille Olympia, qui aura deux ans en septembre.  

«C’est super, vraiment. Je l’ai emmenée au Colisée et à la fontaine de Trevi. C’est génial de pouvoir partager ma ville préférée avec elle. Les pâtes, la nourriture...», a-t-elle raconté.  

Serena Williams à la fontaine de Trevi ? Au milieu des milliers de touristes débarqués pour le printemps romain ? «C’est OK. Je souris et je fais des photos. Ça ne me dérange pas, ça va», assure-t-elle.  

Après le tourisme en famille, Serena Williams va poursuivre son séjour romain sur les courts du Foro Italico, avec une autre histoire de famille, puisqu’elle retrouvera sa soeur Venus au 2e tour.  

Les deux soeurs s’étaient déjà affrontées dans la capitale italienne en 1998, il y a 21 ans.  

«C’est fou (rires). C’était en demi-finales, non ? En quarts de finale. J’en ai un vague souvenir. On joue souvent l’une contre l’autre ces temps-ci. C’est comme ça», a déclaré l’ancienne N.1 mondiale.  

Serena avait pronostiqué un premier tour «très dur» pour sa soeur aînée face à la Belge Elise Mertens et elle ne s’était pas trompée.  

Il a en effet fallu plus de trois heures et neuf balles de match à Venus pour venir à bout de la 20e joueuse mondiale 7-5, 3-6, 7-6 (7-4).