/news/politics
Navigation

Très impopulaire, Doug Ford remanie son cabinet

Très impopulaire, Doug Ford remanie son cabinet
Dominic Chan / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO – Très impopulaire auprès des Ontariens à peine un an après son élection, le premier ministre conservateur Doug Ford a procédé à un important remaniement ministériel aujourd'hui à Queen’s Park. Les changements touchent des poids lourds de son cabinet, désormais plus imposant avec sept limousines de plus.  

La fille de l’ancien premier ministre du Canada Brian Mulroney, Caroline Mulroney, a été mutée, de la Justice aux Transports, tout en conservant ses responsabilités de ministre des Affaires francophones. Doug Downey, un député qui accède au Conseil des ministres, la remplace à la Justice et à titre de Procureur général de l’Ontario.  

La plus grosse rétrogradation est toutefois celle du ministre des Finances, Vic Fedeli, qui devient ministre du Développement économique, de la Création d'emplois et du Commerce, tout en conservant son poste de président du Conseil des ministres.  

C’est Rod Phillips qui remplace M. Fedeli aux Finances, lui qui était ministre de l’Environnement et l’un des principaux artisans en Ontario de la lutte contre la taxe carbone imposée par Ottawa.  

La vice-première ministre Christine Elliott a vu ses tâches s’amoindrir, elle qui était titulaire de la Santé et des Soins de longue durée. Elle n’est désormais plus que ministre de la Santé, deux autres de ses responsabilités ayant été confiées à deux de ses collègues.  

La nouvelle ministre des Soins de longue durée est Merrilee Fullerton, qui était jusque-là ministre de la Formation et des Collèges et Universités. Michael Tibollo quitte pour sa part le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels pour devenir ministre associé délégué à la Santé mentale et à la Lutte contre les dépendances.  

Lisa MacLeod, qui était ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires ainsi que ministre déléguée à la Condition féminine, est rétrogradée au poste de ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport. Elle avait eu maille à partir avec un controversé programme lié aux enfants autistes. Sylvia Jones, qui a précédé Mme MacLeod au Tourisme, à la Culture et au Sport, devient solliciteuse générale.  

La ministre de l’Éducation, Lisa Thompson, est elle aussi rétrogradée, atterrissant aux Services gouvernementaux et aux Services aux consommateurs.  

Des coupes qui ont plombé l'élan des conservateurs

Après avoir imposé une série de coupes importantes dans l’appareil de l’État, notamment dans le premier budget de l’ancien ministre des Finances Vic Fideli, afin d’équilibrer le budget ontarien, le premier ministre conservateur n’hésite pas à faire passer le nombre de ses ministres de 21 à 28, en pleine austérité.  

À peine quatre mois avant les élections fédérales, où l’Ontario sera un important champ de bataille entre les libéraux du premier ministre du Canada Justin Trudeau et les conservateurs d'Andrew Scheer, ce remaniement est vu par des analystes comme une tentative pour éviter que le mécontentement des électeurs ontariens se traduise parmi les troupes conservatrices fédérales.  

Rappelons que, six mois après son élection de juin 2018, Doug Ford avait dû procéder à un léger remaniement ministériel pour remplacer Jim Wilson, qui était aux prises avec des problèmes de dépendance.