/sports/others
Navigation

Un joueur de la NBA accusé de terrorisme par la Turquie

Enes Kanter se défend de tous liens avec le groupe Gulen.

Un joueur de la NBA accusé de terrorisme par la Turquie
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Des procureurs turcs tentent d'obtenir un mandat d'arrestation et d'extradition contre le centre des Knicks de New York, Enes Kanter, sous prétexte qu'il serait membre d'une organisation terroriste.  

Le journal Sabah indique que le procureur en chef d'Istanbul a préparé la demande d'extradition et tente d'obtenir l'aide d'Interpol pour mener à l'arrestation de Kanter, comme le rapporte ESPN.   

Selon les autorités turques, le joueur de basketball entretiendrait des liens avec le groupe de Fethullah Gulen, blâmé pour un coup d'État manqué en 2016. Elles croient qu'il soutient financièrement l'organisation.   

Le principal intéressé s'est vigoureusement défendu sur Twitter, affirmant «qu'ils n'ont aucune preuve» contre lui.   

Pour que Kanter soit extradé, les États-Unis devront avoir la preuve qu'il a commis un crime jugeable dans ce pays.    

En novembre, la Turquie a fait des demandes semblables pour 80 individus qui, selon le gouvernement, entretenaient des liens avec ce même groupe jugé comme terroriste par la nation turque.   

Plus tôt ce mois-ci, Kanter a refusé de voyager à Londres pour un match de la NBA. Il a expliqué qu'il avait peur d'être assassiné, en raison de son opposition au président actuel de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan.   

Kanter, 26 ans, affiche régulièrement son soutien au prédicateur Fethullah Gülen, bête noire d'Erdogan et accusé par Ankara d'avoir tenté un putsch en 2017.

En 2017, la Turquie avait annulé le passeport de Kanter et émis un mandat d'arrêt en raison de ses liens avec le prédicateur Gülen. Son père avait alors été détenu pendant cinq jours.

Renié publiquement par sa famille dans les semaines qui ont suivi le putsch manqué, Kanter évite depuis plusieurs années tout contact avec les membres de sa famille en Turquie, de peur de les exposer à des représailles des autorités.

- Avec la collaboration de l'AFP