/sports/golf
Navigation

Une Anne-Catherine Tanguay mieux outillée pour 2019

Une Anne-Catherine Tanguay mieux outillée pour 2019
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Galvanisée à la suite d’une fin de saison «au-delà» de ses espérances à sa première année dans la LPGA, la golfeuse Anne-Catherine Tanguay attaquera le prochain calendrier avec de meilleurs outils en main pour tenter de consolider sa place au sein du meilleur circuit de golf féminin au monde, un objectif qui pourrait lui permettre de s’élancer sous les anneaux aux Jeux de Tokyo, en 2020.   

Au début novembre, la représentante de Sainte-Foy avait fini huitième au tournoi des qualifications de la LPGA pour obtenir son statut à temps plein en prévision de la saison 2019.   

Si ses premiers pas comme permanente parmi la crème de son sport se sont déroulés en deux temps, Tanguay en est ressortie transformée et elle ne pourrait être dans de meilleures dispositions à l’approche de son premier tournoi qui aura lieu en février, en Australie.   

«J’ai fini ma saison en force et ça me crée vraiment une belle énergie pour la saison prochaine [...] J’ai appris beaucoup sur moi-même et j’ai appris à contrôler mes émotions. J’ai acquis beaucoup d’expérience et de maturité. Ça va me servir. D’apprendre de ses erreurs, c’est extrêmement important. De plus, je me suis beaucoup familiarisé avec l’environnement, j’ai un bon cercle d’amis et j’ai une équipe extrêmement solide», a assuré la joueuse qui aura 28 ans en janvier en marge d’une conférence de presse, jeudi, annonçant le retour de La Capitale assurance et services financiers comme commanditaire principal de la seule Québécoise à bénéficier d’un statut complet sur la LPGA.   

Tanguay avoue qu’elle a été en mesure de prendre son erre d’aller l’an dernier après avoir participé à un camp avec l’équipe canadienne en Colombie-Britannique, à la fin mai, puis d’avoir obtenu un vote de confiance de la part des dirigeants de son commanditaire lors d’un dîner. Elle a d’ailleurs signé le premier top-20 de sa carrière en finissant au 16e rang du Cambia Portland Classic.    

Un processus   

En 2019, Tanguay aspire à finir parmi les 100 meilleures golfeuses du circuit, ce qui lui permettrait de conserver sa carte sans devoir passer par le tournoi des qualifications. Quant au processus olympique, la saison 2019 jettera les bases pour le rendez-vous prévu l’année suivante puisque les 50 meneuses au classement mondial seront automatiquement qualifiées (par un maximum de quatre filles par pays) quelques semaines avant les Jeux, après quoi les 22 autres élues seront déterminées en fonction des nations.   

Tanguay devra donc se hisser parmi les deux meilleures Canadiennes pour garantir sa place dans l’aventure olympique. Une telle qualification aurait des répercussions positives à travers la jeunesse, croit-elle.    

«Je me dis que d’avoir de bonnes performances en 2019 va m’aider à me positionner et me donner de la confiance. Mon but est aussi d’inspirer les gens à jouer au golf et d’inspirer les jeunes filles parce que le golf, c’est tellement le fun et un beau sport. Je veux partager ma passion le plus possible.»   

Apprentissage quotidien   

Tanguay se plaît à côtoyer les meilleures athlètes de son sport alors qu’elle tente d’en tirer profit au maximum.   

«J’essaie toujours d’apprendre et je pose le plus de questions possible. Je regarde leurs méthodes, même sur le vert d’entraînement. Je réussis bien à me servir de l’énergie calme des autres joueuses. C’est inspirant de les côtoyer au quotidien», a souligné Tanguay, qui affirme n’avoir aucun complexe devant les gros noms du circuit.   

Comme c’est devenu la coutume pour son caddie et fiancé Jean-Hubert Trahan et elle avant une nouvelle campagne, ils passeront les prochaines semaines en Floride pour peaufiner la préparation de la golfeuse. «Ça m’arrange que ma famille passe les Fêtes en Floride!» a-t-elle badiné.