/news/currentevents
Navigation

Vidéo virale d’une intervention musclée dans le métro: dans les règles de l’art, dit la STM

Vidéo virale d’une intervention musclée dans le métro: dans les règles de l’art, dit la STM
Capture d'écran Facebook | Nzo Hodges

Coup d'oeil sur cet article

La vidéo d’une intervention musclée des agents de la Société de transport de Montréal (STM) publiée au cours des dernières heures sur Facebook est en train de devenir virale.

Dans la vidéo de 71 secondes, on y voit deux agents de la STM qui tentent de maîtriser un jeune homme mulâtre, qui se débat de toutes ses forces pour tenter de leur échapper.

À un certain moment, les agents dégainent leur bâton télescopique et assènent plusieurs coups à l’individu, la majorité au niveau des jambes.

«Lâche-moi, ostie, ça fait mal! Arrête!», crie le jeune homme à un certain moment, tandis qu’il est couché sur le dos, sur le quai de la station de métro Villa-Maria, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce.

«Couche-toi sur le ventre! Couche-toi sur le ventre!», lui ordonnent les agents, bâton à la main.

Le jeune homme vêtu d’un pantalon de sport et d’un t-shirt finit par se relever et se sauver en courant.

Du côté de la STM, on indique que l’intervention a débuté à l’intérieur de l’un des trains du métro.

«Il importunait des gens avec son ballon de basket-ball», a indiqué Amélie Régis, porte-parole de la STM.

Des agents seraient intervenus et auraient accompagné l’homme sur le quai de la station de métro Villa-Maria, où ils se sont aperçus que l’individu n’avait pas payé son titre de transport.

Cette infraction est passible d’une amende variant entre 150 $ et 500 $.

Toujours selon la STM, la situation se serait envenimée après que le jeune homme eut refusé de s’identifier.

«Lorsque la personne refuse de collaborer, nos agents peuvent l’arrêter pour ensuite la confier à des policiers du SPVM», a précisé Mme Régis.

À la lumière des informations dont elle dispose, la STM a également indiqué que «tout a été fait en conformité».

«Dans de telles circonstances, il faut savoir que le niveau de la force utilisée est toujours en fonction du niveau de collaboration de la personne interpellée», a ajouté Amélie Régis.

Sur Facebook, plusieurs internautes ont cependant jugé que les agents avaient utilisé une force abusive. D’autres ont même accusé les employés de la STM d’avoir fait preuve de racisme.

Vendredi après-midi, la vidéo de l’intervention avait été vue plus de 108 000 fois et partagée par près de 2300 personnes.