/24m/transports
Navigation

Wagons de trains de banlieue: un contrat de train avec la Chine sème des doutes

gare de Candiac
Chantal Poirier / Le Journal de

Coup d'oeil sur cet article

Des spécialistes en sécurité s’interrogent sur des voitures de train chinoises qui rouleront à Montréal d’ici 2020, après les soupçons d’espionnage qui pèsent contre le géant des télécommunications Huawei et l’arrestation d’une de ses dirigeantes au Canada en vue d’une extradition vers les États-Unis.  

 Les wagons en question proviennent de la China Railway Rolling Stock Corporation (CRRC) qui a gagné un premier contrat au Québec, aux dépens de Bombardier en mai 2017. 

 Le service de trains de banlieue, exo, a acheté 24 wagons qui doivent rouler en banlieue de Montréal dès décembre 2019.    

gare de Candiac
CHANTAL POIRIER

«Les trains ne sont plus juste de grosses boîtes de métal sur des roues. Ils sont très complexes [...] avec des ordinateurs qui ferment et ouvrent des portes, surveillent le comportement des passagers, changent la vitesse et la direction des trains et échangent des données», a indiqué au «24 Heures» Andrew Grotto, chercheur à l’Université Stanford en sécurité internationale et ex-consultant en cybersécurité à la Maison-Blanche sous la présidence de Barack Obama.    

 Selon quatre spécialistes interviewés, les clients d’exo pourraient être espionnés avec des micros ainsi que des caméras installées dans les infrastructures.    

 Prendre le contrôle  

Steve Waterhouse, expert en cybersécurité, est de cet avis. Il insiste sur le fait que des technologies utilisées dans les trains pourraient servir à réaliser de la reconnaissance faciale et de la mise sur écoute d’individus ciblés par le gouvernement chinois.    

Steve Waterhouse, expert en sécurité informatique
Photo tirée du site internet www.afiexpertise.com
Steve Waterhouse, expert en sécu
Steve Waterhouse, expert en sécurité informatique Photo tirée du site internet www.afiexpertise.com

M. Waterhouse croit aussi que ces wagons pourraient ouvrir une brèche vers d’éventuelles cyberattaques. «On l’a vu dans d’autres transports dans le monde qu’il est faisable de prendre le contrôle à distance de ces appareils-là », a-t-il précisé.    

 Il cite en exemple l’agence ontarienne de transport, Metrolinx, qui a avoué en janvier 2018 avoir été la cible d’une cyberattaque en provenance de la Corée du Nord et le cas d’un Polonais de 14 ans qui a fait dérailler, en 2008, un train dans la ville de Lodz en piratant le réseau ferroviaire de son pays avec une télécommande de télévision. Douze personnes avaient été blessées.    

«On sait que les Chinois sont capables de faire ce genre d’attaque», a expliqué l’expert en sécurité nationale et ex-cadre du Service canadien de renseignement de sécurité (SCRS), Michel Juneau-Katsuya. «C’est aussi, parallèlement, le problème qui a été dénoncé par les Américains avec Huawei, a-t-il ajouté. Ce sont des compagnies qui ont la capacité d’infiltrer des puces-espionnes dans les systèmes et les infrastructures.»    

 Guerre froide réinventée  

 «Ce n’est pas de la science-fiction. Ce n’est pas de la paranoïa. C’est la Guerre froide réinventée à l’heure actuelle. Et comme la Chine est le grand manufacturier de la planète, ils ont de plus en plus de capacité à pouvoir rentrer ici dans nos systèmes assez allègrement», a poursuivi M Juneau-Katsuya.    

 De son côté, Claude Sarrazin, président de l’Association professionnelle des enquêteurs privés du Québec, soutient que «toute infrastructure informatique et publique peut devenir un outil de renseignement ou un objectif stratégique en cas de conflit potentiel».    

 «Donc oui, les trains pourraient servir à récolter des infos sur les gens qui se déplacent ou même un outil de guerre, a-t-il mentionné. Surtout avec la Chine qui est un gros joueur dans le domaine du cyber-renseignement.»    

 Exo a refusé de commenter ces informations, mais assure que des analyses de sécurité des logiciels installés dans les trains seront faites.    

 Les ministères des Transports du Québec et du Canada n’ont pas voulu se prononcer. Le titan chinois n’a jamais répondu à nos demandes d’entrevue.    

Appel d’offres: annulé au profit des Chinois    

Michel Juneau-Katsuya, animateur de la série Espions parmi nous (Historia - 2017). Photo Courtoisie
Le Journal de Québec
Michel Juneau-Katsuya, animateur de la série Espions parmi nous (Historia - 2017). Photo Courtoisie

L’expert en sécurité nationale et ex-cadre du Service canadien de renseignement de sécurité (SCRS), Michel Juneau-Katsuya, est préoccupé par la façon dont le constructeur Bombardier a perdu le contrat des trains de banlieue montréalais au profit des Chinois.    

 En 2016, l’Agence métropolitaine de transport (AMT), l’ancêtre d’exo, a annulé un appel d’offres pour lequel Bombardier était l’unique soumissionnaire.    

 Un nouveau processus, où le minimum de contenu canadien a été diminué de 25 à 15 %, a permis à la CRRC de gagner son premier contrat au Canada.    

Sous l’évaluation  

 L’entreprise chinoise a offert seulement 69 millions $ pour un engagement évalué à 103 millions $ par l’AMT à l’époque.    

 «Il y a, de toute évidence, anguille sous roche avec ce contrat qui n’a finalement pas été offert à Bombardier, a déploré M. Juneau-Katsuya.    

 «Je suis convaincu que des agents d’influence chinoise sont derrière ça. Ce sont des gens qui sont subtilement embauchés par la Chine pour influencer les processus décisionnels dans plusieurs secteurs. Et ça, je l’ai vu à maintes et maintes reprises quand j’étais aux SCRS», a-t-il poursuivi.    

 Selon l’expert en sécurité nationale, la CRRC n’a pas besoin d’être rentable et se permet même de vendre à perte puisqu’elle profite de nombreuses subventions de la part du gouvernement chinois. Elle devient ainsi une menace de taille pour les autres concurrents, aux quatre coins du monde, qui n’arrivent pas à rivaliser ses prix dérisoires, a-t-il souligné.    

Les États-Unis s’inquiètent aussi    

 Un article publié en une du «Washington Post» au sujet de la China Railway Rolling Stock Corporation (CRRC) a sonné l’alarme au début du mois de janvier aux États-Unis.    

 Plusieurs experts en cybersécurité s’inquiètent de voir la compagnie chinoise sur le point de remporter un contrat pour remplacer des voitures du métro de Washington et pouvoir ainsi espionner les usagers de la capitale. Même des sénateurs américains ont rédigé une lettre à la mi-janvier pour s’y opposer.    

 Aux États-Unis, depuis 2014, l’entreprise chinoise a remporté quatre des cinq plus gros contrats reliés aux voitures de train. En Europe, les compagnies ferroviaires Alstom et Siemens tentent de fusionner pour faire face à la menace grandissante du géant chinois.    

 En 2015, la Chine a mis en place sa politique «Made in China 2025». Cette dernière vise à faire du pays la grande puissance manufacturière du 21e siècle en moins de dix années.